11 juillet : lancement officiel de Molotov.tv

Après avoir séduit les investisseurs et les chaînes de télévision, Molotov.tv compte séduire son public. C’est ce lundi 11 juillet que l’aventure commence avec son lancement officiel.

Même si Kevin Kuipers a quitté le projet en octobre 2015, Jean-David Blanc, Pierre Lescure et Jean-Marc Denoual sont toujours là pour porter Molotov.tv, une plateforme qui ambitionne de devenir le Netflix français de la télévision. Ils ont commencé par lever des fonds. Après une première levée de fonds de 10 millions d’euros auprès d’IdInvest et d’investisseurs privés, le projet a encore cherché à lever plus de 100 millions de dollars fin 2015 selon Bloomberg. Pour la pérennité de son développement, un accord a même été signé avec Samsung et LG pour que l’application soit préinstallée sur les appareils mobiles de ces deux marques.

La seconde étape a été de séduire les chaînes de télévision. Tous les principaux groupes TV français, notamment Canal+, ont progressivement été séduits par Molotov.tv. La plateforme annonce la signature de 80 chaînes de diffusion en direct ou rediffusion en replay d’une partie de leur programme.

La troisième étape commence ce lundi 11 juillet 2016. C’est à partir de cette date que Molotov.tv va tenter de séduire son public. « L’ambition de Molotov est de réinventer le plaisir quotidien de regarder la teìleì », promet la plateforme OTT (over the top).

Le choix de la mobilité

Molotov.tv se démarque en ne faisant pas le choix de passer par les boxes des fournisseurs d’accès à Internet, qui sont pourtant actuellement en France le moyen le plus répandu pour regarder la télévision. Le choix a été fait de proposer une application pour ordinateur, tablette et pour certain téléviseurs connectés.

Pour pouvoir regarder trente-cinq chaînes dont celles de la télévision numérique terrestre (TNT), le service est gratuit. Il devient payant (9,99 euros) pour accéder à des chaînes additionnelles et à certains services (3,99 euros).

À l’usage, l’utilisateur peut regarder la télévision à travers une interface inspirée de YouTube, Netflix ou Spotify, une interface plus ergonomique que le simple zapping proposé par les fournisseurs d’accès à Internet. Il peut regarder le flux en direct ou en rattrapage, jusqu’à quelques jours après le passage à l’antenne. Un moteur de recherche est intégré pour rechercher par catégorie de programmes, par animateur, acteur…

Quelques fonctionnalités sont déjà intégrées, le reste viendra au fur et à mesure du développement et de l’adoption de la plateforme. Tous les outils prévus ne sont en effet pas encore tous disponibles. Il s’agit notamment des fonctions de socialisation qui seront intégrées par la suite.

Restera la question de la monétisation

Par la suite, Molotov.tv devra également s’attaquer à la quatrième phase de son lancement, à savoir sa monétisation. C’est à ce stade que les instigateurs du projet pourront déterminer si le modèle économique imaginé est viable ou pas.

« Sur le plan économique, nous espérons transformer une partie de nos utilisateurs gratuits en utilisateurs payants », explique Jean-David Blanc. « Notre business, c’est de vendre des chaînes payantes et de l’espace de stockage ».

Pour 3,99 euros par mois, Molotov.tv offre de suivre jusqu’à quatre flux en même temps, sur quatre appareils différents, et d’enregistrer jusqu’à 100 heures de programmes. Cette offre est cumulable jusqu’à 500 heures maximum. Pour 9,99 euros par mois, le bouquet s’étoffe de trente-deux chaînes supplémentaires. Ce tarif est bien évidemment calqué sur celui de Spotify ou de Netflix.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDernier jour pour profiter du forfait illimité 20 Go à 10 € à vie de RED by SFR
Article suivantL’euphorie autour de Tesla est passée, le doute s’installe
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here