12 novembre : est-ce que Philae réussira à se poser sur une comète ?

C’est désormais officiel, c’est le 12 novembre prochain que le module Philae, largué de la sonde Rosetta, tentera de se poser sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Situation et zoom sur le site principal d'atterrissage

C’est à environ 500 millions de kilomètres de la Terre que l’Europe pourrait rentrer dans l’histoire le 12 novembre 2014. C’est à cette date que l’Agence spatiale européenne. (ESA) a prévu que la sonde Rosetta largue le module Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, un atterrissage sur une comète que serait une grande première dans la conquête de l’espace.

Pour autant que tout se passe comme prévu, le module Philae sera largué à 09h35 du matin alors que Rosetta sera positionnée à une altitude de 20 kilomètres. En vertu de de la faible gravité exercée par la comète, un centième de celle de la Terre, le module mettra environ sept heures pour atteindre le sol en chute libre.

À l’heure actuelle, l’objectif pour l’atterrissage est le site J, une zone située sur le plus petit lobe de ce noyau très léger de 4 km de diamètre. Alors que l’ESA est officiellement annoncée le site le 14 octobre, un second scénario de secours est prévu sur un autre site, le C, situé lui sur le lobe le plus gros.

Vu que les signaux émis par Rosetta mettent près de 30 minutes pour atteindre la Terre, il ne sera pas possible de piloter le module d’atterrissage en direct. C’est une programmation informatique qui va entièrement gérer cet atterrissage, une phase qui prévoit des vis sur ses pieds, deux harpons et un propulseur à gaz froid pour ne pas rebondir lors de l’impact et pour s’arrimer solidement à la comète.

Si tout se passe bien, c’est à partir de 17 heures qu’un signal de confirmation du bon atterrissage devrait parvenir à la Terre, un signal qui devrait rapidement être suivi d’une image panoramique à 360° de son environnement.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHuawei officialise une Honor Tablet à moins de 150 euros
Article suivantFaille de Bash : les autorités appellent à la vigilance des banques

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here