15 862 sites 4G opérationnels en France

Sur les 18 876 sites 4G autorisés en France, 15 862 sites sont en service au 1er février 2015.

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) vient de publier ses observations au 1er février 2015. Sur les 18 876 sites 4G autorisés en France, 15 862 sites sont en service tous opérateurs confondus. Le nombre de sites opérationnels pour le mobile très haut débit est en hausse de 2,8% par rapport au 1er janvier.

Particulièrement actif sur cette période, Free Mobile a vu son nombre de sites actifs augmenter de 15,6%.

Entre le 1er janvier et le 1er février, les autorisations de sites 4G ont progressé de seulement 0,9%, soit 9 998 sites pour la 4G dans la bande 800 MHz (+1,6 % sur un mois), 6 911 sites pour la bande 1 800 MHz (+0,4 % sur un mois), ainsi que 12 344 sites pour la bande 2,6 GHz (+1,6% sur un mois).

Au niveau des opérateurs, Orange comptabilisait 6 996 antennes 4G en service au 1er février, Bouygues Telecom 6 499, SFR 2 962 et Free Mobile 2 426 antennes 4G.
À eux seuls, les quatre départements du Puy-de-Dôme, de la Seine-Saint-Denis, du Finistère et de l’Essonne ont représenté près du quart du volume total des nouvelles autorisations 4G au 1er février.

Les premières antennes dans la bande des 800 MHz viennent d’être autorisées en Nouvelle-Calédonie.
Il est à noter que l’ANFR annonce également 40 028 autorisations de sites 3G, dont 1 759 Outre-Mer, ainsi que 40 496 sites 2G sur l’ensemble du territoire, dont 2 402 Outre-Mer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHyundai va tenter de reconquérir le marché français
Article suivantTwitter : moins de séduction, mais plus de chiffres d’affaires

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here