25e anniversaire du LOL

La première utilisation du LOL remonte officiellement au 8 mai 1989, ce qui signifie que l’acronyme de « laughing out loud » a 25 ans.

LOL est certainement l’acronyme le plus utilisé du web. S’il était réservé aux geeks à ses débuts, il est désormais devenu tellement usuel sur les forums ou dans les textos que le terme figure même désormais dans le Petit Robert.

Signifiant « laughing out loud » (« rire aux éclats »), LOL est officiellement apparu pour la première fois le 8 mai 1989, dans une publication de l’association Fidonet, une paternité remise en cause par Wayne Pearson, un Américain qui affirme avoir déjà posté le tout premier LOL au début des années 1980 sur le Bulletin Board System, l’ancêtre du forum canadien Viewline. Faute d’avoir conservé une trace de cette utilisation, c’est la version Fidonet qui prévaut.

Alors que le LOL a été traduit en plusieurs langues, par exemple MDR (« mort de rire ») en français, son sens a évolué au fil du temps. L’acronyme signifiant le rire s’étant peu à peu transformé en une manière de calmer les tensions.

Du point de vue anecdotique, on retiendra que le Premier ministre britannique David Cameron a longtemps terminé ses textos en croyant que LOL signifiait « Lots of love » (« avec amour ») ou que LOL est un terme écrit qui n’a aucun usage dans la langue parlée.

Alors que LOL a certainement changé beaucoup de choses en introduisant et démocratisant les acronymes, vous avez certainement aussi de très bons souvenirs liés à l’usage d’un LOL.

lol

capture-decran-de-la-newsletter-de-lassociation-internationale-fidonet
Capture d’écran de la newsletter de l’Association internationale Fidonet.

i-m-thinking

why-humanz-sit-like-dis

pew-pew-pew

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSteam Controller : Valve annonce un report de sa sortie à 2015
Article suivantWWDC 2014 : et si Apple présentait un iMac low-cost ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here