3 bras c’est mieux que 2 pour jouer à la batterie

Avec ses deux bras, un musicien peut déjà être bon, voire très bon à la batterie. Avec un troisième bras robotisé, il devient virtuose. C’est possible grâce au Georgia Institute of Technology.

Comment améliorer sa virtuosité à la batterie ? Bien évidemment par des heures et des heures de travail. Il est désormais aussi possible d’utiliser un troisième bras robotisé. Espérer pouvoir jouer de la batterie avec trois bras peut paraitre une idée insensée. En fait, pas du tout vu que c’est ce que des chercheurs du Georgia Institute of Technology (États-Unis) ont imaginé. En complément aux deux bras d’un batteur humain, il s’agit d’un troisième bras robotisé. Doté d’une certaine intelligence, ce bras apporte de la dextérité, de la rapidité et de la virtuosité à n’importe quel batteur.

Le bras conçu par le Georgia Institute of Technology se présente sous la forme d’une prothèse qui peut se fixer sur l’une ou l’autre des épaules du batteur. Comme le montre une vidéo, les premiers essais sont très concluants. Si la dextérité du bras est incroyable en elle-même, le plus impressionnant est certainement sa capacité d’adaptation au tempo musical. Il est capable de suivre le tempo, tantôt sage, tantôt endiablé, en s’ajustant automatiquement.

Un 3e bras robotisé pas seulement pour jouer de la batterie

Un troisième bras robotisé pour qu’un batteur devienne un virtuose n’est qu’une première application pour ce bras. Les buts es chercheurs du Georgia Institute of Technology est bien évidemment de trouver d’autres débouchés. Le plus évident des domaines où un troisième bras pourrait être un précieux renfort, c’est la médecine.

Dans ce cas, il ne faudra pas que le bras puise son intelligence en écoutant la musique, mais en allant chercher l’information sur ce qu’il doit faire directement dans le cerveau de la personne. Des tests dans ce sens sont en cours, l’utilisation d’électrodes pour se connecter directement au cerveau humain. Comme l’utilisation des électroencéphalogrammes est déjà bien rodée, cela ne devrait pas être un gros problème. En fait, si. Car l’idée ne sera plus de suivre, mais d’anticiper. Tout un programme.

« Imaginez si les docteurs pouvaient utiliser un troisième bras qui leur apporterait des instruments ou qui pourrait même participer à une opération chirurgicale », imaginent les chercheurs. Les possibilités sont immenses. En fait, la seule limite est la réalisation. Il ne reste plus qu’à mettre au point ces utilisations potentielles pour ce troisième bras robotisé.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent6 étudiants toulousains sont arrivés sur Mars… en simulation
Article suivantCela fait 30 ans que The Legend of Zelda captive les joueurs

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here