30 à 50% de l’eau de la Terre serait plus vieille que le Soleil

Selon une étude de chercheurs de l’Université du Michigan, 30 à 50% de l’eau de la Terre serait plus vieille que le Soleil, de l’eau qui proviendrait de comètes et autres astéroïdes qui auraient frappé notre planète. L'eau de la Terre serait plus vieille que le Soleil

Tout ce qui existe dans notre galaxie ne serait pas postérieur à l’apparition de notre Soleil, il y a 4,5 milliards d’années. Selon une étude de chercheurs de l’Université du Michigan, 30 à 50% de l’eau de la Terre serait plus vieille que le Soleil.

C’est dans un article publié dans la revue Science que des astronomes expliquent avoir surveillé le deutérium, de l’eau plus lourde dont la présence est plus importante sur Terre que dans le reste de l’Univers. Selon les reconstitutions effectuées, le deutérium n’aurait pas pu apparaître pendant ou après la formation de notre planète, « ce qui signifie que nous avons hérité de ce deutérium de l’environnement de la naissance du Soleil ».

De fait, selon cette étude, 30 à 50% de l’eau de la Terre faisait partie d’un nuage interstellaire qui existait avant même la création de notre système solaire. Cette eau se serait retrouvée sur Terre suite à des collisions entre des comètes et autres astéroïdes et notre planète.

En extrapolant cette découverte, il est possible d’affirmer que « Si cette eau provient de la glace de l’espace interstellaire, alors il est probable que de telles glaces se retrouvent autour des étoiles en formation ailleurs dans l’Univers », ce qui laisse bien évidemment la porte ouverte à l’existence de traces de vie extraterrestre dans l’Univers.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFaille du Bash : Apple publie un OS X bash Update 1.0
Article suivantiPhone 6 : à la conquête de la Chine dès le 17 octobre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here