460 km/h pour la future Bugatti Veyron 2016 ?

Suite à l’annonce de l’objectif de 467 km/h pour la future Hennessey Venom F5. Bugatti réplique en annonçant la remplaçante de la Veyron, une voiture hybride de 1 500 ch qui devrait atteindre les 460 km/h.

Après Hennessey et sa Venom F5, c’est au tour de Bugatti de mettre le pied au plancher pour annoncer la remplaçante de la Veyron, un bolide qui devrait atteindre les 460 km/h à l’horizon 2016.

Citant une source interne à Bugatti, le site britannique Autocar rapporte que le constructeur automobile serait en train de préparer la remplaçante de la Veyron 16.4, même s’il reste encore 15 exemplaires à vendre sur les 450 fabriqués.

C’est grâce à cette source que l’on sait par exemple que cinq prototypes expérimentaux, avec différentes combinaisons de motorisations, ont été déjà construits, des voitures qui se basent sur le modèle actuel, mais avec des solutions variées. De fait, l’architecture sera similaire à l’actuelle Veyron, soit une structure en fibre de carbone à moteur central arrière, avec cockpit biplace au traitement ultra-luxueux.

Alors que les modèles Super Sport et Grand Sport Vitesse disposent d’une puissance de 1 200 ch, le recours à une configuration hybride pourrait porter la puissance du 8,0 litres W16 aux quatre turbos à 1 500 ch !

Hormis ce gain de puissance, les deux tonnes de l’actuelle Veyron devraient logiquement perdre quelques kilos dans le but de décrocher le record de vitesse pour une voiture de série, un record sérieusement menacé par Hennessey.

Il ne reste donc plus qu’à patienter pour découvrir ce bolide et savoir si le record de vitesse tombera ou pas.

La Bugatti Veyron 16.4 Black Bess 2014 en images officielles :

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGalaxy Tab S : l’iPad Air n’a qu’à bien se tenir !
Article suivantGmail : un nouveau bouton pour se désinscrire des newsletters

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here