4G : près de 15 500 sites mis en service au 1er janvier

L’Agence nationale des fréquences annonce que sont près de 15 500 sites 4G qui ont été mis en service au 1er janvier 2015.

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) vient de livrer ses chiffres au 1er janvier 2015. C’est ainsi que l’on apprend que 18 699 sites ont été autorisés à cette date pour la téléphonie mobile très haut débit 4G, tous opérateurs confondus, soit une hausse de 2,7% par rapport au mois précédent.

Sur ce chiffre, Orange a mis en service 91% de ses sites, Bouygues Telecom 89%, Numericable-SFR 70% et Free Mobile 51%. Ces deux derniers opérateurs disposent d’un potentiel de mises en service de sites plus important, ce qui explique les pourcentages plus bas.

Globalement, il s’agit de 9 842 sites 4G dans la bande 800 MHz (+1,5% sur un mois), de 6 885 sites 4G dans la bande 1 800 MHz (+1,5% sur un mois). Et de 12 181 sites 4G dans la bande 2,6 GHz (+1,1% sur un mois).

Ces près de 15 500 sites mis en service au 1er janvier permettent à Orange de totaliser 6 922 antennes 4G en service, 6 453 pour Bouygues Telecom, 2 840 pour Numericable-SFR et 2 099 pour Free Mobile.

Il est par ailleurs à souligner que la 4G commence son déploiement Outre-Mer avec l’autorisation de 75 sites pour l’opérateur OPT Nouvelle-Calédonie dans la bande 1 800 MHz, dont 31 sont d’ores et déjà en service.

Pour les autres technologies, le nombre total d’autorisations de sites 3G est de 40 004, dont 1 754 concernent l’Outre-Mer, et de 40 461 sites 2G, dont 2 399 Outre-Mer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : premiers détails du futur MacBook Air Retina 12 pouces
Article suivantCES 2015 : un autocollant connecté à la place d’un thermomètre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here