500 ans après, Vasco de Gamma fait à nouveau parler de lui

Né vers 1460 à Sines et mort le 24 décembre 1524 à Cochin aux Indes, Vasco de Gama est un grand navigateur portugais. On lui attribue la découverte de la route des Indes par voie maritime en passant par le cap de Bonne-Espérance. Il a dirigé deux expéditions vers l’Inde, une première qui a embarqué en 1497 et une seconde qui a quitté le Portugal en 1502.

Pourquoi est-ce que l’actualité reparle de Vasco de Gama ? Simplement parce qu’un article publié dans la revue de l’International Journal of Nautical Archaeology annonce la découverte de l’un des navires de sa flotte.

C’est au large d’Oman, près de l’île al-Hallaniyah que l’épave de l’Esmeralda a été retrouvée. Ce navire a sombré en 1503 au cours d’une violente tempête, emportant avec lui le capitaine Vicente Sobre et tout l’équipage. Il faisait partie de la flotte composant le second voyage de Vasco de Gama, un navire piloté par un oncle du célèbre explorateur portugais.

C’est à l’occasion de fouilles menées depuis 2013 par la firme britannique Blue Water Recoveries, en collaboration avec le ministère omanais du Patrimoine, que l’épave a été finalement identifiée. Un autre navire ayant coulé pendant la même tempête a aussi été retrouvé.

Découverte d’un Indio rarissime

Le fait marquant de la découverte de cette épave est la récupération d’un Indio, une pièce de monnaie en argent frappée en 1499. Sa particularité est qu’il n’existe qu’un seul exemplaire connu de cette pièce, ce qui est fait une découverte véritablement rarissime. Rien que pour l’existence de cet Indio, qui est un véritable trésor archéologique, cela vaut la peine de reparler de Vasco de Gama.

Une épave de la flotte de Vasco de Gamma a été retrouvée

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentÊtes-vous prêt à découvrir les nouveautés d’Apple ?
Article suivantLa photo qui rend dingue : combien y a-t-il de filles ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here