Activité industrielle : optimisme et fragilité

Bien que la situation soit toujours fragile, l’opinion des industriels sur les perspectives d’activité en France progresse depuis cinq mois.

D’après l’INSEE, le moral des chefs d’entreprises en France est resté stable en février pour le quatrième mois consécutif. L’indicateur s’est établi à 94 points, soit en dessous de sa moyenne de long terme.

À cela, l’INSEE précise que le climat des affaires est « quasi stable » pour l’industrie manufacturière française, soulignant que quelques éléments permettent de dégager un léger optimisme pour l’avenir en confortant une reprise à venir, bien que son dynamisme soit loin d’être assuré.

Dans son rapport, l’INSEE indique que les perspectives générales de production, qui représente l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, progressent de manière continue depuis le mois d’octobre : « Il gagne 2 points en février et se situe à présent légèrement au-dessus de sa moyenne de long terme ».

Vu que le solde sur les stocks de produits finis chute de 9 points, « son niveau le plus bas depuis juin 2011 », pourrait être une mauvaise nouvelle, comme une bonne en indiquant qu’il faudra produire pour répondre à la demande.

Mais tout n’est pas rose dans ce rapport de l’INSEE, comme « les carnets de commandes globaux baissent (–4 points) » que seule la stabilité des commandes de l’étranger empêche de chuter d’une manière plus importante.

De fait, l’optimisme est de rigueur bien que la situation économique soit toujours très fragile.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOnoff : plusieurs numéros avec une seule SIM
Article suivantKazam dévoile une dizaine de terminaux pour les budgets serrés

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here