AdBlock Plus : installé par défaut sur les smartphones et tablettes Android d’Asus

En vertu d’un partenariat conclu par Asus avec l’éditeur Eyeo, ses smartphones et tablettes Android seront équipés du bloqueur publicitaire AdBlock Plus dès 2016. Cela risque de faire couler beaucoup d’encre.

La question de la publicité sur internet, et son blocage, a déjà fait couler beaucoup d’encre en 2015. En 2016, cette question sera toujours d’actualité, si ce n’est plus. Il faut dire qu’elle est sensible avec d’un côté la rémunération des sites, de l’autre le confort et la vie privée des utilisateurs.

Pourquoi cette question de la publicité sera toujours d’actualité en 2016 ? Tout d’abord parce que la bataille entre partisans de la pub et adeptes des bloqueurs publicitaires n’est pas encore terminée. De plus, le partenariat annoncé par Asus va aussi jeter de l’huile sur le feu.

En clair, Asus vient d’annoncer la conclusion d’un partenariat avec Eyeo, l’éditeur du bloqueur publicitaire AdBlock Plus. Par ailleurs, le fabricant annonce que tous ses smartphones et tablettes Android, en 2016, en seront équipés. Détail important, la fonctionnalité de blocage sera activée par défaut.

Certes, les parts de marché d’Asus sont moins significatives que celles de Samsung ou Apple. Cela ne représente « que » 15 millions de mobinautes. Par contre, cette décision d’installer par défaut un bloqueur publicitaire pourrait donner des idées à d’autres fabricants.

Justement, dans le même ordre d’idée, Apple offre, avec iOS 9, d’activer de tels systèmes de blocage de la publicité. En clair, l’idée de bloquer la publicité n’est pas taboue chez les constructeurs d’appareils mobiles. C’est ce point qui permet de prédire que la question de la publicité sur internet, et son blocage va encore faire couler beaucoup d’encre en 2016.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPassage à Windows 10 : Microsoft propose maintenant… ou maintenant !
Article suivantVol dans un Apple Store en région parisienne : pour 10 000 € d’iPhone volés

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here