Alfa Romeo : une nouvelle Giulia pour relancer la marque italienne

Est-ce qu’Alfa Romeo va enfin confirmer sa renaissance ? La mythique marque italienne compte sur sa nouvelle Giulia.

Depuis que Sergio Marchionne a repris la tête du groupe FCA (Fiat Chrysler Automobile), il a multiplié les plans de relance pour Alfa Romeo, pas moins de quatre, sans qu’il se concrétise réellement dans les faits. Dès lors, que faut-il attendre de cette nouvelle promesse ?

En attendant de savoir ce qu’elle va donner, c’est ce mercredi qu’une nouvelle Giulia, une grande berline haut de gamme, a été dévoilée. Il s’agit d’un premier test en vue d’une nouvelle gamme.

Il est prévu un objectif annuel d’au moins 40 000 ventes. Face à la Série 3 de BMW et à l’A4 d’Audi, cela s’annonce compliqué, mais pas impossible, notamment au sein des entreprises. « Alfa Romeo dispose avec Fiat d’un bon réseau de concessions et d’ateliers, mais il faudra que la Giulia soit bien plus fiable que ses prédécesseurs pour qu’elle s’impose dans les entreprises », juge Bertrand Rakoto, du cabinet D3 Intelligence.

Outre la berline Giulia, Alfa prévoirait aussi deux nouveaux véhicules compacts, une très grande berline, et deux crossovers/SUV, en 2018. Ce renouvellement est nécessaire tant la gamme actuelle est famélique et vieillissante.

Mais pour espérer réussir, il va falloir investir. Or, pour le moment, Sergio Marchionne a préféré concevoir ses véhicules à l’économie, sans passer par l’élaboration de nouvelles plateformes plus réduites et modulaires, dont l’investissement est jugé trop important.

« Officiellement, la nouvelle plateforme de la Giulia est appelée Giorgio et équipe déjà les Maserati Quattroporte et Ghibli », indique Bertrand Rakoto. « Officieusement, beaucoup d’éléments de cette plateforme seraient hérités d’une plateforme développée par Chrysler à partir de 1995 avec Daimler ». Dans ce cas, la modernité affichée par Alfa ne serait que « très relative », conclut l’analyste.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGrève : trafic aérien perturbé les 2 et 3 juillet ?
Article suivantAmazon domotique : Echo, la nouvelle idée de commande vocale à distance

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here