Alzheimer : l’état cognitif se détériore deux fois plus rapidement chez les femmes

Les femmes sont plus vulnérables à la maladie d’Alzheimer. Une étude révèle que l’état cognitif se détériore deux fois plus rapidement chez les femmes.

Aux États-Unis, 16% des femmes de plus de 71 ans sont atteintes de la maladie d’Alzheimer contre 11% des hommes. Des études cherchent à comprendre pourquoi les femmes sont plus vulnérables à cette maladie.

Une des explications pourrait être que l’état cognitif se détériore deux fois plus rapidement chez les femmes, c’est le résultat d’une recherche qui vient d’être publiée.

Lors de la Conférence de l’Association internationale d’Alzheimer (AAIC), des chercheurs expliquent avoir découvert que les femmes souffrant d’un léger trouble cognitif ont vu leur état cognitif se détériorer deux fois plus rapidement que les hommes, d’après des tests standard de mesure de la mémoire et d’autres capacités mentales.

Selon Katherine Amy Lin, une chercheuse à l’Université Duke et co-auteurs de l’étude, « ces résultats suggèrent qu’il pourrait exister des facteurs de risque génétique ou environnemental spécifiques au sexe pouvant agir sur le rythme de dégradation des capacités cognitives ». « Déterminer ces facteurs devrait être une priorité des futures recherches », ajoute-t-elle.

Pour Kristine Yaffe, de l’Université de Californie à San Francisco, les femmes pourraient être plus sujettes aux facteurs de risque. « Nous n’avons pas encore suffisamment fait de recherches pour déterminer ces variations entre les deux sexes qui pourraient expliquer la plus grande vulnérabilité des femmes à Alzheimer ». « On sait que les femmes sont plus sujettes à la dépression et supportent moins le stress, qui sont des facteurs de risque de cette maladie », a-t-elle précisé.

« Comprendre les mécanismes responsables des différences entre les deux sexes dans la vulnérabilité à Alzheimer pourrait conduire à la découverte de traitements expérimentaux », estiment les chercheurs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSonavation : plus besoin de bouton Home pour le lecteur d’empreintes digitales
Article suivantTimeline de Google Maps : Google is watching you

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here