Alzheimer : un médicament cité par Hippocrate pour inverser la perte de mémoire

Une étude suggère que le salsalate, un médicament mentionné par Hippocrate au Ve siècle av. J.-C., pourrait contribuer à ramener les souvenirs des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Le salsalate est l’un des plus anciens médicaments connus au monde. Il a notamment été mentionné par Hippocrate au Ve siècle av. J.-C..

Hippocrate décrivait les salicylates comme une poudre amère extraite d’écorce de saule qui soulage les douleurs et réduit la fièvre. C’est en 1828 que le chimiste allemand Johann Andreas Buchner a isolé le l’extrait actif : la salicine.

Cet ancien médicament fait aujourd’hui l’objet d’une publication dans la revue Nature Medicine.

Alors que ce médicament est actuellement utilisé pour traiter l’arthrite, une nouvelle étude suggère qu’il pourrait aussi contribuer à ramener les souvenirs des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Le salsalate serait à même de prévenir l’accumulation de protéines toxiques dans le cerveau des malades, même d’inverser les dommages déjà causés et restaurer la mémoire.

Pour l’heure, ces effets n’ont été observés que chez les souris. Les scientifiques croient que des essais pourraient rapidement se faire sur l’homme vu que les chercheurs savent déjà que le médicament est sûr, sans trop et d’effets secondaires.

Les scientifiques américains qui sont à l’origine de cette découverte expliquent disent que c’est la première fois qu’un médicament réussi à inverser les effets toxiques de la protéine tau de la maladie d’Alzheimer, ce qui est « une nouvelle prometteuse ».

C’est en effet l’accumulation de la protéine tau chez les personnes souffrant de démence qui conduit à une neuro-dégénérescence et au déclin mental.

« Nous avons identifié pour la première fois une approche pharmacologique qui inverse tous les aspects de la toxicité tau », a déclaré le Dr Li Gan, chercheur associé à l’institut de Gladstone de l’Université de Californie.

« Nous avons découvert que le salsalate peut inverser l’amnésie dans un modèle murin de démence. Les souris présentaient une pathologie tau AD-associée, développant des pertes de mémoire spatiale dès l’âge de 7 mois. Nous avons traité ces souris avec le salsalate pendant environ deux mois et leur perte de mémoire s’est inversée. »

« C’est remarquablement, les effets protecteurs du salsalate ont même été observés lorsqu’il a été administré après l’apparition de la maladie, ce qui indique qu’il pourrait être une option thérapeutique efficace. »

« Le ciblage tau pourrait être une nouvelle stratégie thérapeutique contre la maladie d’Alzheimer », a déclaré le Dr Eric Verdin, co-auteur de cette étude et chercheur senior à l’Institut Gladstone.

« Étant donné que le salsalate est un médicament avec un long profil, connu depuis, longtemps, nous croyons que cela peut avoir des conséquences cliniques immédiates. »
« Il s’agit d’une nouvelle prometteuse », a réagi le Dr Doug Brown, directeur de la recherche et du développement à l’Alzheimer’s Society.

Le Dr Simon Ridley, directeur de recherche à l’Alzheimer Research UK, précise : « la protéine tau est impliquée dans un certain nombre de cas de démences, dont la maladie d’Alzheimer et la démence fronto-temporale, et est une cible prometteuse pour le développement de nouveaux traitements. Cette étude identifie une voie importante de régulation de la protéine tau chez des souris qui devra maintenant être suivie chez l’homme pour explorer son potentiel en tant que nouvelle thérapie ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDes spermatozoïdes in vitro pour aider les hommes souffrant d’infertilité
Article suivantGoogle Science Fair : 10 000 dollars pour le seul participant français

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here