Amazon : un Appstore riche de 240 000 applications

Alors que tout le monde attend impatiemment l’officialisation du premier smartphone griffé Amazon, le cybermarchand revendique 240 000 applications dans son Appstore d’applications mobiles.

Amazon semble visiblement vouloir faire parler de lui ces derniers jours. Alors que tout le monde attend impatiemment l’officialisation du premier smartphone de la marque, le cybermarchand profite de l’attention médiatique pour revendiquer 240 000 applications dans son Appstore d’applications mobiles.

Lancé avec 4 000 titres en mars 2011, l’Appstore d’Amazon a fait du chemin depuis vu que la boutique d’applications mobiles contiendrait aujourd’hui 240 000 applications. Il faut dire que le succès de la gamme Kindle Fire a certainement largement contribué à ce succès alors qu’elle est commercialisée dans 200 pays.

Si la prochaine arrivée d’Amazon sur le marché des smartphones devait stimuler les développeurs, le modèle économique proposé par le cybermarchand devrait également les séduire. En effet, une étude menée par IDC révèle que 65% des développeurs interrogés estiment gagner plus avec le modèle économique d’Amazon qu’avec ceux des autres systèmes d’exploitation mobiles.

Si tout cela semble particulièrement prometteur, il faut tout de même relativiser ce succès par le fait que la visibilité d’Amazon est pour le moment toujours masquée par celle du Play Store de Google, première boutique en termes de publication d’applications Android.

Attendu sur le marché du smartphone, Amazon revendique 240 000 applications Android
Attendu sur le marché du smartphone, Amazon revendique 240 000 applications Android

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe mois de mai, une période fructueuse des ventes en Europe pour le secteur automobile
Article suivantSFR en remet une couche dans la bataille du roaming

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here