Amazon/FNAC : François Fillon tente de doper artificiellement les commentaires pour son livre

Par le biais d’un SMS envoyé à ses amis, François Fillon cherche à doper les commentaires de son livre sur les sites d’Amazon et de la FNAC.

Pour l’heure, les commentaires sur les sites d’Amazon et de la FNAC du livre de François Fillon sont du genre « Enfin du concret », « Enfin un langage politique que je comprends », « Structuré, réaliste, analysé et réfléchi longuement », « Livre très intéressant et instructif », « Excellent », etc. Mais est-ce que ces commentaires sont réellement sincères ?

A priori on pourrait le croire vu que les achats des personnes ayant fait les commentaires ont tous été vérifiés par Amazon. Et pourtant…

Le doute s’est installé depuis qu’un SMS envoyé par l’équipe de l’ancien Premier ministre est arrivé à un mauvais destinataire. Le message en question dit ceci : « Chers amis, François Fillon demande beaucoup plus de commentaires de son livre sur les sites de la FNAC et d’Amazon. Merci à tous de vous démultiplier en ce sens. »

Que faut-il comprendre ? Simplement que François Fillon a demandé à ses proches de faire en sorte que son livre suscite de l’intérêt.

A priori, ses efforts semblent avoir raté la cible vu que le nombre de commentaires n’a pas véritablement augmenté depuis sa demande. Le pire étant bien évidemment que sa petite magouille soit rendue public.

Le plus drôle dans cette histoire est certainement que le projet de Loi numérique d’Axelle Lemaire prévoit le respect d’« une information loyale, claire et transparente sur les modalités de vérification des avis mis en ligne », une notion qui semble passer très loin au-dessus des préoccupations de François Fillion.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAmazon : enquête interne sur le bienêtre de ses employés
Article suivantBlackBerry 10 : John Chen essaie de rassurer au sujet de l’avenir du système d’exploitation

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here