Amnésie numérique : la faute aux moteurs de recherche ?

Une étude révèle une dépendance aux moteurs de recherche, un syndrome baptisé « amnésie numérique ». Est-ce que Google et les autres en sont responsables ?

Les chiffres révélés par une étude menée par Kaspersky Lab ont de quoi inquiéter. En effet, 91% des personnes interrogées aux États-Unis avouent être dépendantes d’internet et des appareils pour se souvenir des choses, en fait comme extension de leur cerveau. Le constat n’a pas été fait uniquement l’autre côté de l’Atlantique vu que 79,5% des Européens admettent souffrir des mêmes problèmes.

Au Royaume-Uni par exemple, 71% des personnes adultes connectées à internet ne peuvent pas se rappeler du numéro de téléphone de leurs enfants, alors qu’elles sont aussi 49% à ne pas se souvenir du numéro de téléphone de leur conjoint.

51% des Américains et 40% des Européens affirment par ailleurs que la perte ou la compromission des données mémorisées sur leurs appareils, notamment sur smartphone, serait la source d’une grave détresse.

Pour 25% des femmes interrogées et 34% des utilisateurs les plus jeunes, la perte ou la compromission des données serait catastrophique vu que leur smartphone est l’endroit où ils stockent les messages et les informations de contact, sans oublier les photos.

Malgré la criticité des appareils mobiles, surtout de leurs données, ils sont 28% à ne pas protéger leur smartphone et seulement 30,5% à installer des sécurités supplémentaires sur leur smartphone et 20,5% sur leur tablette.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEnvironnement : Paris accueille un sommet à « haute température » pour le climat
Article suivantiPhone : la mauvaise idée de la coque en forme de pistolet

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here