Android 6.0 Marshmallow : plus de contrôle et une plus grande autonomie

La dernière version d’Android est désormais disponible. Le premier constat est qu’Android 6.0 Marshmallow propose plus de contrôle et offre une plus grande autonomie à son mobile.

Google a officiellement lancé Android 6.0 Marshmallow, une nouvelle version de son système d’exploitation mobile qui est bien évidemment disponible pour sa gamme Nexus, mais pas seulement. LG et les autres fabricants annoncent d’ores et déjà une prochaine mise à jour vers Android 6.0, en tout cas pour leurs smartphones haut de gamme.

La disponibilité d’Android 6.0 Marshmallow pose bien évidemment la question de savoir ce que cette version apporte de plus que les précédentes. Donc, voici un tour d’horizon de ses principales nouveautés.

Grands efforts de finition

La principale nouveauté d’Android 6.0 Marshmallow n’est ni une fonctionnalité, ni une application, ni un design… Il s’agit en fait de la finition !

En effet, avec cette nouvelle version d’Android, tout semble mieux réalisé, mieux fini, mieux ajusté, avec un soin tout particulier dans la fluidité et le détail, une minutie qui contraste par rapport aux versions précédentes. De fait, on peut désormais dire qu’Android 6.0 Marshmallow est véritablement à même de venir concurrencer iOS sur le terrain de l’expérience utilisateur.

Hormis cette fluidité et cette expérience grandement améliorée, l’utilisateur remarque très rapidement les petits détails qui changent, comme la barre d’état qui s’intègre mieux en terme de couleur et de style, la consommation de la batterie affichée en mAh, etc., des détails sans importance qui font pourtant toute la différence.

On Tap

Niveau fonctionnalité, On Tap est certainement la principale nouveauté d’Android 6.0 Marshmallow. Il s’agit d’une extension de l’assistant virtuel Google Now qui a le pouvoir de lire l’écran de l’utilisateur. De fait, cela va permettre à celui-ci de faire des recherches sur ce qu’il a devant les yeux.

Grâce à On Tap, il est ainsi possible de reconnaitre un acteur, un film, une série, une émission de télévision, un lieu, un numéro de téléphone, etc.

Il faut être conscient que On Tap ne sait pas tout et qu’il ne reconnait pas encore forcément tout. Mais avec le temps, ses capacités de reconnaissance devraient logiquement s’améliorer.

Alors que de nombreux utilisateurs se soucient de la confidentialité, cette fonctionnalité n’est certainement pas pour eux vu qu’elle envoie tout à Google pour analyse.

De la prédiction

La liste verticale d’applications défile plus rapidement, avec aux quatre premières positions les prédictions faites par Google Now des applications que seraient le plus utile à un moment donné.

Pour ses prédictions, Google Now s’appuie sur l’heure, l’endroit et les utilisations faites précédemment.

À première vue, le système fonctionne très bien pour les applications souvent utilisées.

Plus de contrôle sur les permissions

Une autre grosse nouveauté d’Android 6.0 Marshmallow est la nouvelle manière de gérer les permissions d’une application, que cela soit par application ou par source de données.

Le principal changement est philosophique, avec un système qui s’appuie désormais sur l’idée de « demander une permission quand c’est nécessaire » et non plus « demander une permission lors de l’installation ».

Le système de permission régit tout ce à quoi une application peut accéder, que cela soit les capteurs, la caméra, le microphone, l’emplacement, les appels téléphoniques, les données personnelles, etc.

Lors de l’installation d’une application, il n’est désormais plus nécessaire d’accorder une grande liste de permission sans avoir le moindre contrôle dessus. L’autorisation se fait à l’utilisation.

Par exemple, la première fois que vous utilisez une application pour prendre une photo, le système vous demandera la permission d’accéder à la caméra. Au final, les applications n’auront ainsi droit d’accéder qu’aux éléments auquel vous lui donnez accès.

Plus d’autonomie

Android 6.0 Marshmallow arrive aussi avec Doze, une nouvelle fonctionnalité qui vise à économiser la batterie.

Concrètement, Doze met en hibernation les applications lorsque l’appareil n’est pas utilisé, ce qui contribue à consommer moins, donc à faire durer plus longtemps la capacité disponible de la batterie.

En fait, Doze utilise le capteur de mouvement pour savoir si le smartphone ou la tablette est utilisé. Posée à plat sur un bureau par exemple, la fonctionnalité mettra en hibernation toutes les applications après avoir constaté un certain temps d’inactivité.

Dans le but de recueillir des notifications, certaines applications sont autorisées à sortir d’hibernation, d’autre pas. La résultante de cette manière de faire est que certaines notifications peuvent arriver de manière plus lente.

App Standby est une autre fonctionnalité qui vise à préserver la batterie. Elle vise à contrôler le nombre de fois qu’une appli peu utilisée accède à internet pour réduire son impact en arrière-plan.

Expériences faites, l’autonomie d’un Nexus 5 ou d’un Nexus 6 gagne près de 20% avec ces dispositifs.

De meilleurs contrôles

Lollipop a introduit plusieurs contrôles, comme « Ne pas déranger ». Marshmallow met un peu d’ordre dans tout cela vu la certaine confusion qui régnait.

Ainsi, « Ne pas déranger » dispose désormais de deux modes : silence et priorité absolue. Une différenciation qui permet de désactiver les alarmes sonores tout en accordant certaines exceptions.

En termes de contrôle, Android 6.0 Marshmallow facilite aussi le partage de contenu avec des contacts par le biais des applications de messagerie.

En conclusion

Android 6.0 Marshmallow ne révolutionne rien, mais apporte tout de même de grandes améliorations très utiles pour les mobinautes. Dans la mesure où la mise à jour est disponible pour son smartphone ou sa tablette, la mise à jour est donc plus que conseillée.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBienvenue dans mon Hybride : Toyota lance une initiative marketing très originale
Article suivantOne A9 vs iPhone 6S : quelles sont les différences ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here