Android face à une enquête pour abus de position dominante ?

Les ennuis de Google avec la Commission européenne ne sont pas prêts de s’estomper. L’arrivée de la nouvelle commission, en novembre, pourrait bien mettre Android sous la loupe.

Selon Reuters, les ennuis de Google avec la Commission européenne ne sont pas prêts de s’estomper. Avec l’arrivée de la nouvelle Commission européenne en novembre, le géant de l’internet pourrait en effet se retrouver sous la loupe pour abus de position dominante au sujet d’Android.

Cette enquête viserait bien évidemment les 80% de parts de marché occupés par Android, une position qui serait à même d’entraver la concurrence.

Ce n’est pas seulement aujourd’hui que la Commission européenne s’intéresse au système d’exploitation mobile de Google, une première mention ayant déjà été faite en 2013 suite à une plainte déposée par le collectif Fairsearch Europe. Visiblement, une enquête informelle a dû aboutir ces derniers jours, ce qui serait la raison du prochain lancement d’une enquête officielle.

Reuters arrive à cette conclusion sur la base d’un questionnaire vu par les de ses correspondants, un document qui vise à savoir si Google a exigé des entreprises « qu’elles ne préinstallent pas des applications, des produits ou des services sur des appareils mobiles concurrents des logiciels Google comme son moteur de recherche, son Play Store ou ses services de cartographie ».

De fait, après le long combat contre les services et le moteur de recherche Google, la bataille devrait prochainement se déplacer sur le mobile.

Concurrence : Android, nouveau front européen pour Google ?
Concurrence : Android, nouveau front européen pour Google ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTéléphonie mobile : l’hégémonie de Samsung s’effrite
Article suivantGoogle annonce une version inédite d’Android pour le projet Ara

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here