Android : une fragmentation cauchemardesque pour les développeurs

Alors que seulement 4 000 machines différentes faisaient tourner de l’Android en 2012, elles sont 18 796 cette année, un véritable cauchemar pour les développeurs.

En seulement deux ans, le nombre de terminaux Android différents en circulation dans le monde a plus que quadruplé, passant de 4 000 machines en 2012 à 18 796 appareils différents aujourd’hui.

Issus du dernier rapport d’OpenSignal, ces chiffres soulignent surtout le casse-tête représenté par ces appareils pour les développeurs, car ils représentent autant de configurations différentes.

Hormis l’éclatement du nombre d’appareils, Android souffre également d’une grosse fragmentation au niveau des versions du système d’exploitation déployé avec 20,9% des machines qui sont équipées d’Android 4.4 Kit Kat, 25,5%, sous Android 4.1 Jelly Bean, 19,8% sous Android 4.2 Jelly Bean, sans oublier les 10,6% d’Android 4.0 Ice Cream Sandwich ou les 13,6% d’Android 2.3 Gingerbread.

Comparativement, la fragmentation d’iOS est nettement plus simple avec 91% des machines qui sont équipées de la version 7.

Fragmentation : près de 19 000 terminaux Android différents
Fragmentation : près de 19 000 terminaux Android différents

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’homme de Neandertal s’est éteint plus tôt que prévu
Article suivantSwing Copters va mettre vos nerfs à rude épreuve

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here