Android : Google Play va mieux tester les applications

Alors qu’il faut noter une recrudescence des logiciels indésirables, la boutique Google Play ne compte pas se laisser envahir, mais aussi faire en sorte que les appareils ne soient pas envahis. C’est pour cette raison que Google a décidé de renforcer la détection des applications malveillantes.

Malgré toutes les mesures de protection déjà mises en place, les applications indésirables sont toujours présentes, même qu’il faut noter une recrudescence de ce genre de logiciels qui exploitent des failles du système, espionnent ou dupent les utilisateurs, comme l’affaire du faux antivirus payant qui ne protégeait rien qui a été révélé dernièrement.

Alors que Google a mis toute une série de protection au niveau de sa boutique en ligne, d’autres protections existent également au sein même du système d’exploitation Android, comme l’outil de scan qui vise à repérer les applications suspectes.

C’est afin d’améliorer cette fonctionnalité de détection que la nouvelle version de cet outil de scan scrutera désormais en permanence tout ce qui se passe sur un terminal Android, dès son téléchargement depuis Google Play, mais aussi lors de son installation et de son utilisation.

Dès lors, toutes les applications seront désormais étroitement surveillées de façon à ce qu’elles se comportent comme elles devraient.

Il faut encore préciser que cette nouvelle fonctionnalité est déjà disponible via la mise à jour de l’application Google Play, comme il est important de souligner que cet outil fonctionne pour les versions d’Android 2.3 et supérieures.

Google renforce la détection des applications malveillantes sur Android
Google renforce la détection des applications malveillantes sur Android

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentÉnergie : la France a besoin de 35 nouvelles centrales nucléaires !
Article suivantLutte anti spam : Facebook va nettoyer les flux d'actualité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here