Android : il n’a jamais été aussi facile de hacker !

Si le hacking est normalement réservé à des petits génies de l’informatique, l’apparition de boites à outils pour pirater les applications sous Android met à la portée du premier venu le piratage informatique.

C’est la société Symantec, spécialisée en sécurité informatique, qui tire la sonnette d’alarme face à l’apparition d’une nouvelle sorte de cybercriminalité. Il s’agit en effet de l’apparition de boites à outils pour pirater les applications sous Android, des programmes simples d’utilisation qui mettent le hacking à la portée de tout le monde.

Que cela soit pour quelques dizaines d’euros, ou pour plusieurs milliers d’euros pour les solutions les plus sophistiquées, ces boites à outils sont mises à disposition des hackers sur le marché noir.

C’est grâce à un « tool kit » ou « DIY » (« Do it yourself », « faites-le vous-même ») que des pirates, même débutants, peuvent télécharger une application, lui adjoindre un logiciel malveillant avant de le distribuer pour infecter de nombreux utilisateur, un maliciel qui ne pourrait pas exemple être doté d’une fonction RAT (Riot Access Tool) qui permettrait à la personne malveillante de prendre le contrôle d’un appareil à distance pour pouvoir s’emparer des données, des carnets d’adresses, des courriel, etc., mais aussi d’envoyer des SMS ou des appels vers des numéros surtaxés complices.

Le danger est donc réel. Face à cette nouvelle menace, l’utilisateur doit être conscient des risques et, par exemple, vérifier la source de ce qu’il installe ou n’effectuer ses téléchargements que depuis les stores officiels.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : la publicité lui donne des ailes
Article suivantTwitter : faux tweets pour vrais utilisateurs, la publicité a une nouvelle fois dérapé
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here