Angry Birds Go : Rovio compte cartonner sur les achats in-app

Si la réussite du modèle économique free-to-play n’est plus à démontrer, Rovio compte utiliser ce concept à outrance dans son dernier jeu : Angry Birds Go.

La saga Angry Birds est une véritable mine d’or pour l’éditeur Rovio. C’est dans ce contexte de rentabilisation que Angry Birds Go va sortir sous la forme d’un free-to-play avec du contenu supplémentaire disponible par de nombreux achats in-app.

Par exemple, à l’instar de Angry Birds Star Wars II, il sera possible d’utiliser le système de Telepod Hasbro, une solution permettant de débloquer certains personnages en achetant des figurines dans le commerce. Mais Rovio ne compte pas se limiter qu’à cela…

En effet, Angry Birds Go permettra de faire cinq courses de voiture avant que son oiseau soit contraint au repos en raison de sa « fatigue ». Moyennant paiement, il sera bien évidement possible de lui redonner de l’énergie. Si les pièces et gemmes permettent toujours d’acheter des personnages, karts et autres équipements, il sera aussi possible d’acheter des packs avec du vrai argent, une solution qui peut couter jusqu’à 85€ le pack !

Au final, si la réussite du modèle économique free-to-play n’est plus à démontrer, l’outrance avec lequel Rovio l’a mise en application dans Angry Birds Go pourrait certainement très vite blaser les utilisateurs. Le verdict sera donné à partir du 11 décembre prochain, la date de sortie de cette nième déclinaison.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent4G : les consommateurs doivent se baser sur la couverture réseau
Article suivantSanté : lorsque la technologie permet à une quasi-aveugle de voir des enfants

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here