Antitrust : l’Europe passe à l’action contre Google

Après près de cinq d’enquête sur les pratiques antitrust de Google, l’Europe semble vouloir passer à l’action contre la firme de Mountain View.

Cela fait maintenant cinq ans que le commissaire européen à la Concurrence a le dossier Google sur sa table. Alors que trois tentatives d’accord ont déjà échoué, l’Europe semble désormais vouloir aller de l’avant sur ce dossier.

Selon le Wall Street Journal qui cite des sources proches du dossier, l’équipe de la commissaire ne travaille pas sur une énième conciliation, mais sur une procédure en bonne et due forme pour sanctionner Google.

De nombreuses firmes ayant déposé une plainte contre Google pour abus de position dominante sont en effet contactées depuis plusieurs semaines dans le but d’avoir les autorisations nécessaires pour publier des contributions recueillies dans un cadre confidentiel. Le journal précise qu’une réponse à ces requêtes est attendue « dans les plus brefs délais ».

Cette démarche n’a rien d’anodin, elle prépare une procédure en bonne et due forme qui viserait à sanctionner Google.

Préparer une procédure ne signifie pas pour autant que Google sera sanctionné. Cela signifie surtout, pour le moment, que l’Europe compte mettre la pression sur la firme de Mountain View, surtout après la publication d’informations issues d’un rapport de la FTC qui incriminait clairement le moteur de recherche. En agissant de la sorte, Google pourrait être forcé à revenir à la table des négociations pour y faire plus de concessions.

Cette approche serait en tout cas moins douloureuse qu’une amende de 10% de son chiffre d’affaires qui lui pend au bout du nez, soit 6 milliards de dollars.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentJuridique : pas d’Apple Watch en Suisse
Article suivantLe Bistrot du Lion : Peugeot conçoit un « food truck » pour l’Exposition universelle de Milan

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here