Apple : encore une plainte en Chine, contre Siri cette fois

Après l’appellation iPad, c’est Siri qui est visé par une nouvelle plainte en Chine de la part d’une société locale.

Alors que la firme à la pomme vient tout juste de racheter l’appellation iPad pour la Chine, c’est maintenant au tour de l’assistant vocal de l’iPhone 4S, Siri, d’être la cible d’une nouvelle plainte. En effet, la société Shanghai Zhizhen Network Technology Co. Ltd. affirme avoir développé et déposé avant Apple un assistant vocal baptisé Xiao iRobot.

Selon le Bureau chinois de la Propriété Intellectuelle, le brevet de Xiao iRobot a été déposé en 2004, alors que Siri a été créé en 2007 par la petite start-up éponyme, rachetée par Apple en 2010. Xiao iRobot offre des fonctionnalités relativement similaires à Siri, et tourne sous iOS, mais aussi Android.

« Nous avons adressé des mises en demeure en mai à Apple, mais celles-ci sont restées sans réponse, et nous avons donc déposé plainte fin juin devant le Tribunal de Shanghai. L’affaire en est actuellement au stade de la procédure de conciliation », a déclaré l’avocat Si Weijiang. « Nous demandons surtout à Apple d’arrêter de violer notre brevet et de payer les frais de justice. Si la cour confirme qu’Apple a violé notre brevet, nous demanderons également une compensation financière », ajoute-t-il encore.

Histoire de tacler Apple pour qui les autres sociétés (Samsung, Google…) avaient une fâcheuse tendance à « voler les idées d’Apple », le président de Shanghai Zhizhen Network Technology n’hésite pas à enfoncer le clou en affirmant : « les gens croient que la Chine n’innove pas, que les entreprises ici ne font que copier. Mais en réalité, nous sommes leaders dans notre domaine, et nous avons créé notre propre innovation ! »

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook et Yahoo! : un accord sur la publicité ciblée
Article suivantBlackBerry : boost des téléchargements sur l’App World

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here