Apple : iPhone et Mac à la hausse, l’iPad souffre

En publiant ses résultats trimestriels, Apple révèle que sa santé financière va bien avec les iPhone et les Mac à la hausse, alors que les iPad souffrent en étant à la baisse.

C’est hier qu’Apple a présenté les résultats de son troisième trimestre. Tirés par les iPhone et les Mac, les chiffres sont en hausse.

Le chiffre d’affaires trimestriel de la marque à la pomme passe par exemple à 37,4 milliards de dollars (+6%) pour un bénéfice net de 7,7 milliards (+11,6%) et bénéfice par action de 1,28 dollar. Alors que les analystes prévoyaient un chiffre d’affaires de 37,9 milliards, ces résultats sont bons, mais en deçà des attentes.

Dopé par son récent partenariat avec l’opérateur de télécoms China Mobile, les ventes d’iPhone font office de locomotives pour Apple avec 35,2 millions d’exemplaires vendus sur la période (+13%), soit un chiffre d’affaires de 19,7 milliards de dollars.

Les ventes de Mac se portent également très bien avec 4,4 millions d’unités vendues (+18%).

Avec une baisse de 9% de ses ventes à 13,2 millions d’exemplaires et de 8% de son chiffre d’affaires à 5,8 milliards de dollars, l’iPad souffre de la concurrence, un recul plus prononcé que ce que prévoyaient les analystes.

La branche de logiciels et services emmenés par iTunes génère pour sa part 4,4 milliards de dollars (+12%) par rapport à la même période de l’année dernière.

En vertu de ces résultats, le conseil d’administration a décidé d’accorder un dividende de 0,47 dollar par action ordinaire.

Ventes de terminaux Apple en millions d’unités
Ventes de terminaux Apple en millions d’unités
ventes-trimestrielles-diphone-depuis-2007-millions
Ventes trimestrielles d’iPhone depuis 2007 (millions)

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentVivalnk : un tatouage pour s’identifier sur son téléphone
Article suivantOS X 10.10 Yosemite : bêta publique pour ce jeudi

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here