Apple Music : Jimmy Iovine ne mâche pas ses mots contre la gratuité du streaming musical

Jimmy Iovine n’a pas mâché ses mots pour parler du streaming musical gratuit, en utilisant des mots forts tels qu’« escroquerie ».

C’est à Vanity Fair que Jimmy Iovine s’est exprimé au sujet du streaming musical, au moment où l’offre Apple Music va devenir payante. À cette occasion, il n’a pas mâché ses mots à l’encontre des offres gratuites, notamment celles financées par la publicité.

L’attitude de Jimmy Iovine est légitime vu qu’il est justement le responsable d’Apple Music, une offre de streaming musicale qui est payante.

« La gratuité est un vrai problème. Tout ce qui gravite autour du freemium, peut-être en a-t-on eu besoin à un moment donné. Maintenant, c’est une escroquerie », a attaqué le cofondateur de Beats.

Il ne mâche pas ses mots en accusant carrément les plateformes à avoir adopté ce modèle, notamment Spotify et Deezer, de « construisent leur audience sur le dos des artistes ».

Ce que Jimmy Iovine oublie d’évoquer, c’est la polémique qu’il y a eu au sujet d’Apple Music qui n’avait prévu aucune rétribution pour les artistes durant la période d’essai gratuite du service.

Après un savant calcul, il s’avère qu’une écoute payante rapporte et 0,004 euro aux ayants droit contre seulement 0,0001 euro par écoute gratuite, soit 40 fois plus.

Spotify, leader mondial du streaming musical, ne démentira certainement ce fait vu qu’il a réalisé 91% de son chiffre d’affaires grâce au payant.

Malgré cette vérité, il n’en demeure pas moins que certains utilisateurs préfèrent la gratuité. Chez Spotify, ils sont 55 millions qui ont profité de la gratuité sur les 75 millions d’utilisateurs actifs.

Maintenant qu’Apple Music va devenir payant, il va s’agir de conserver des utilisateurs qui sont à payer 10 dollars par mois, et à en convaincre d’autres pour que la plateforme vive. Comme le sous-entend Jimmy Iovine, avoir des abonnés est facile à dire, mais comme le prouve les chiffres de Spotify, c’est nettement plus difficile à obtenir.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDes OVNI sur les images des missions Apollo ?
Article suivantL’ARCEP jette aux orties l’idée de taxer la bande passante internet

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here