Apple : résultats plombés par le recul des ventes d'iPad

En présentant ses résultats trimestriels, Apple se focalise bien évidemment sur ses bons résultats financiers et sur ses ventes exceptionnelles d’iPhone. Dans la réalité, le recul des ventes d’iPad a tout de même plombé ses résultats.

Les résultats trimestriels d’Apple sont ébouriffants avec 43,71 millions d’iPhone vendus, soit 6 millions de plus qu’il y a un an, surtout largement plus que les 38,2 millions d’appareils espérés par les analystes financiers. Mais s’est aussi une hausse de son chiffre d’affaires de 4,7% à 45,64 milliards de dollars, sans parler du bénéfice qui suit le mouvement haussier.

Mais ce que ce magnifique tableau ne cache pas, c’est que ces résultats auraient pu être encore meilleurs s’ils n’avaient pas été plombés par le net recul des ventes d’iPad. Par rapport à l’année dernière, ce sont 3 millions d’exemplaires en moins qui ont trouvé preneur, c’est-à-dire un recul de 13% à 16,35 millions d’unités.

Dans le fait, les ventes d’iPad ne semblent être que la partie visible de l’iceberg. À l’instar de tous les acteurs High Tech, c’est la saturation du marché qui commence à se faire sentir dans les ventes. Si l’iPad n’a pas pu éviter ce phénomène, l’iPhone a pu passer entre les gouttes principalement à cause de l’ouverture du marché chinois. Dès lors, à moyen et long terme, la perspective d’une baisse généralisée des ventes semble inéluctable…

Inéluctable, sauf si quelque chose est capable de relancer la machine. C’est dans ce contexte que l’iWatch, l’iTV ou d’autres nouveaux produits ou services pourraient lancer un nouveau cycle de croissance.

Résultats financiers d'Apple : des ventes d'iPad en baisse
Résultats financiers d’Apple : des ventes d’iPad en baisse

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHeartbleed : et maintenant ?
Article suivantGoogle Street View : voyager dans le temps

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here