Apple : un maigre 24 Go de SSD pour le Fusion Drive 1 To des nouveaux iMac

Précédemment, les Fusion Drive proposés par Apple comprenaient 128 Go de stockage Flash. Le 1 To proposé avec les nouveaux iMac ne comporte plus que 24 Go de SSD.

Fondamentalement, Fusion Drive en associant le meilleur des deux mondes, la force des Fusion Drive est de proposer l’espace de stockage d’un disque dur traditionnel associé à un espace SSD rapide qui sert notamment à héberger le système d’exploitation, ce qui permet un démarrage plus rapide par exemple.
Apple propose justement des Fusion Drive pour ses iMac.

Alors qu’Apple vient de présenter sa nouvelle gamme d’iMac, certains ont remarqué que l’espace SSD des Fusion Drive 1 To a rapetissé vu les 128 Go qui étaient précédemment de mise sont devenus un maigre 24 Go.

Avec 24 Go, les utilisateurs vont pouvoir seulement stocker le système d’exploitation et quelques fichiers importants en flash. C’est d’ailleurs ce qu’indiquent les spécifications affichées par Apple : « Le Fusion Drive 1 To se compose d0un disque dur de 1 To et de 24 Go de flash rapide, assez pour stocker les fichiers d’OS X et des applications pour garantir un démarrage rapide et un réveil instantané après une mise en veille, ainsi que le lancement rapide d’applications, avec encore de la place pour les fichiers et applications les plus fréquemment utilisés ».

Apple semble être devenu bien pingre, car 128 Go était tout de même nettement plus décent.

Toujours est-il que le client qui souhaite disposer de 128 Go d’espace SSD avec les nouveaux iMac peut toujours en profiter, pour autant qu’il paie respectivement 200 ou 300 dollars de plus pour des Fusion Drive de 2 ou 3 To.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDes tablettes géantes « pro » comme bourreau des PC ?
Article suivantRéalité virtuelle : Google révèle quelques chiffres sur le Cardboard

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here