Apple : une politique de suiveur pour l’iPhone ?

En sortant son iPhone et son iPad, Apple avait fait office de précurseur. Aujourd’hui, on se pose la question sur la stratégie adoptée par la firme à la pomme. En effet, ne serait-elle pas en train de passer de leader à suiveur ?

L’automne dernier, en sortant son iPad Mini, Apple avait fait un pas vers ses concurrents qui proposaient des tablettes numériques avec des dalles plus petites. Alors que les rumeurs évoquent aujourd’hui un iPhone « low-cost » et un autre avec un écran plus grand, on ne peut pas s’empêcher de comprendre qu’Apple cherche désormais à se rapprocher de ses concurrents.

Le temps où Apple « faisait » le design semble révolu même si les produits estampillés de la pomme font toujours référence en la matière. En effet, il semblerait que la nouvelle stratégie d’Apple serait non plus d’innover, mais de s’aligner sur la concurrence.

En effet, si Android a réussi à s’imposer dans le low-cost, Apple compterait faire la même chose en proposant un prochain iPhone spécifiquement pour ce segment de marché. Selon le très informé Ming-Chi Kuo, de KGI securities, ce nouveau smartphone sera en plastique en fibre de verre, des matériaux tout aussi résistant, mais nettement moins onéreux que ceux utilisés dans les modèles traditionnels.

Également pour s’aligner, sur Nokia par exemple, Apple devrait le proposer en de nombreux coloris, comme c’est le cas pour sa gamme d’iPod.

Parallèlement, toujours selon Ming-Chi Kuo, la firme de Cupertino plancherait sur un iPhone 5S équipé d’un écran de 5 pouces, un autre pas en direction des grands écrans proposés par les concurrents. Ce nouvel iPhone haut de gamme serait prévu pour la fin de l’année et devrait intégrer un lecteur d’empreintes digitales et une puce NFC comme principales nouveautés.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent4G : passage à la vitesse supérieure sur fond de controverse
Article suivantiPhone 5 : peur de la concurrence ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here