Apple vs Google : la bataille passe maintenant aussi par Plans vs Google Maps

Il est certain que, en voulant se passer de Google Maps dans son dernier système d’exploitation mobile iOS 6, Apple volait évincer Google de sa plateforme. Mais voilà, Plans n’a pas été à la hauteur des espérances et des attentes et c’est l’application Google Maps qui fait son grand retour par la grande porte sur iOS 6.

Depuis sa disponibilité au 13 décembre dernier, Google Maps est l’application la plus téléchargée de l’App Store. Un véritable camouflet pour Apple qui espérait pourtant évincer Google de sa plateforme !

Google Maps reste très perfectible, par exemple au niveau de la fluidité des cartes, mais elle a déjà fait un grand pas en étant disponible sur l’App Store, sa validation signifiant à la firme de Mountain View qu’elle peut désormais l’adapter sans être contrainte de rendre des comptes à Apple.

Sans vouloir revenir sur les défauts de Plans, il est bon de préciser qu’il n’est pas possible de se prétendre cartographe du jour au lendemain alors même qu’il s’agit du prochain terrain de bataille des principaux acteurs d’internet. En effet, la cartographie apporte la proximité des utilisateurs, via sa géolocalisation, et permet de proposer des services de proximité qu’il sera prochainement possible de facturer. Alors, pour Apple, il s’agit actuellement d’un manque à gagner qui ne mettra pas un terme à cette bataille pour le contrôle de la cartographie.

Au final, en réfléchissant un peu, il s’agirait peut-être de la vraie raison de la tentative d’éviction de Google de la plateforme iOS, supprimer les intermédiaires entre les utilisateurs et les services de proximité, une histoire de commissions et de gros sous, tout simplement.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOrange : un moteur « Google actualités » spécifique à la presse française
Article suivantJailbreak : l’annonce de Dream JB était un fake

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here