Apple vs Samsung : est-ce que la justice des États-Unis est corrompue ?

Est-ce que la justice des États-Unis est aussi impartiale qu’elle devrait l’être ? Certainement pas depuis que le gouvernement américain a recouru à son droit de veto pour annuler une décision interdisant à Apple de vendre certains de ses produits sur le territoire des États-Unis.

Dans le litige qui oppose Apple et Samsung, tout n’est pas qu’en faveur de la firme de Cupertino. En août 2011, c’est la firme sud-coréenne qui avait déposé plainte auprès de la Commission américaine du commerce international (USITC) au sujet de violation de brevets. En juin dernier, cette commission avait estimé que certains iPhone, iPad et iPod violaient des brevets et avait décidé, en conséquence, d’en interdire la commercialisation sur le sol américain.

Même s’il ne s’agissait que d’une décision symbolique, les appareils concernés étant que des produits relativement anciens comme iPhone 3 et 4 ou encore les iPad et iPad 2, sans que les modèles les plus récents ne soient concernés par cette décision.

Cette décision de justice n’est pourtant pas du goût du gouvernement Obama qui a préféré recourir à son droit de veto pour annuler cette décision, un droit qui n’avait plus été employé depuis1987. Sans présumé de la violation ou non des brevets, le motif de ce veto serait uniquement « économique », pour « maintenir les conditions de la concurrence sur l’économie américaine et les effets sur les consommateurs américains ».

La question qu’il faut se poser est de savoir si la justice des États-Unis est corrompue ? En effet, lorsque Samsung avait vu certains de ses appareils interdits de commercialisation, le gouvernement américain aurait pu intervenir de la même manière, mais ne l’a pas fait… ce qui ouvre la porte à toutes les interprétations possibles sur l’impartialité de la justice américaine.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSamsung : vers un support de la LTE multiprotocole
Article suivantPiratage : est-ce que l’identité de la clé de contact des voitures serait remise en cause ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Je pense pas que se soit la justice, car la justice a bien voulu interdire Apple
    ceux qui est en faute c’est Obama, il avait pas a faire ça.

    Il y a une raison aussi que tu n’as pas évoqué c’est que l’entreprise Apple est américaine, ceci expliquerais peut être cela.
    En tous les cas il avait pas mettre sont véto pour ce genre de chose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here