Apple Watch : les Français ne voient pas l’utilité d’un tel gadget

Alors qu’il est estimé que l’Apple Watch sera un succès commercial, un sondage révèle que ce n’est pas du tout évident.

Selon de nombreux analystes, la prochaine commercialisation de l’Apple Watch devrait s’apparenter à un joli succès commercial. La réalité du marché pourrait être bien différente si on se réfère à un sondage réalisé par l’institut Kantar. En effet, il s’avérerait que les Français ne sont typiquement pas encore prêts à dépenser de l’argent pour un tel gadget.

D’après les résultats de cette étude, 65% des personnes interrogées affirment ne pas vouloir acheter une montre connectée dans les six prochains mois. Ce sondage confirme donc le fait que les smartwatch sont loin de convaincre les Français vu que seulement 1,4% d’entre eux en possèdent pour le moment une.

De l’avis des personnes sondées, 60% ne voient pas l’utilité des nouvelles fonctionnalités annoncées alors que 26% estiment que les fonctionnalités de la montre connectées feraient double emploi avec celles proposées sur leur smartphone.

Alors que l’Apple Watch de base est annoncée à environ 400 euros et que les modèles les plus luxueux pourront dépasser les 6 000 euros, les Français interrogés estiment à 87% qu’ils ne dépenseront pas plus de 200 euros pour une montre connectée.

De fait, le succès commercial prédit pour l’Apple Watch semble bien moins évidement qu’annoncé en tout cas en France. Si ce sentiment prédomine dans l’Hexagone, il est pratiquement certain qu’il pourrait être le même dans d’autres pays.

Le seul point de ce sondage pour Apple, c’est que la marque à la pomme arrive au second rang des entreprises crédible en matière de wearable, derrière Samsung, mais devant Google.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSpaceX lance deux satellites sans récupérer son lanceur
Article suivantApple Watch : dans l’attente du 9 mars

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here