Apprentissage en ligne : Orange va proposer sa solution de MOOC en B2B

Alors que l’apprentissage en ligne devient en vogue, Orange compte proposer sa propre solution de MOOC, mais innovant par une approche B2B.

Selon Orange, l’apprentissage en ligne est et sera un phénomène incontournable. C’est pour cela que l’opérateur compte trouver un créneau viable. Dans ce sens, c’est une approche B2B qui a été retenue pour son service afin de se démarquer des solutions concurrentes.

Lors de sa conférence de présentation, Orange a par exemple cité des chiffres d’une étude d’Ibis Capital, des estimations qui évoquent un marché de 91 milliards de dollars en 2012 et qui passeraient à plus de 250 milliards de dollars à l’horizon 2017. Avec une croissance de 41%, ce juteux marché a de quoi aiguiser l’appétit de l’opérateur. Les ambitions d’Orange sont de conquérir 25% du marché dans les cinq ans à venir, soit 8,5 millions d’inscrits en 2019.

Face à des plateformes comme Udemy, Google ou celles des universités, le marché est déjà bien occupé. C’est pour cette raison qu’Orange ne va pas se positionner comme un concurrent direct, mais plutôt en ciblant le Corporate MOOC. L’idée principale est de proposer « des cours permettant d’acquérir des compétences plutôt que des connaissances ».

Pour faire valoir sa plateforme Solerni, Orange a décidé de se lancer avec quatre clients partenaires : Marmiton, l’École de Management de Grenoble, l’Enaco (une école) et Cala Partners (un cabinet de chasseur de têtes).

Avec cette approche B2B, Orange va tenter de démontrer son expertise en la matière en proposant sa solution à partir du 31 mars prochain. En cas de réussite, d’autres clients partenaires vont bien évidemment rejoindre l’aventure du Corporate MOOC voulu par Orange.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows Phone 8.1 : économiser l'énergie de votre Smartphone !
Article suivantAutomobile : de l'iOS embarqué à la voiture proprement dit ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here