Après la voiture volante, voici la moto volante !

Pour s’envoler, on peut utiliser un avion, un hélicoptère, un ULM, un parapente ou un autre moyen habituellement utilisé pour voler, comme faire du windsurf ou du kitesurf par exemple. En étant plus technologique, on peut aussi utiliser l’une des voitures volantes qui existent déjà à l’état de prototype. Le Britannique Colin Furze a conçu un autre moyen pour voler.

Colin Furze est un inventeur qui est déjà connu pour plusieurs inventions farfelues, comme compte un lit avec éjecteur automatique en guise d’alarme, une poubelle télécommandée ou un lance-roquette de fortune. Il ne recule devant rien pour concrétiser les idées qui naissent dans son imagination, comme c’est le cas avec son idée de concevoir une moto volante !

Alors que le film « Retour vers le futur » nous a fait découvrir l’hoverboard, un skateboard volant, Colin Furze a présenté sur internet son hoverbike, une véritable moto capable de voler. Au lieu des deux habituelles roues, ce drôle d’engin arbore deux énormes hélices d’ULM installées horizontalement afin qu’elles soient parallèles au sol.

La vidéo qu’il a partagée nous révèle que son hoverbike vole réellement en étant capable de décoller de quelques centimètres pendant quelques mètres. Par contre, tout ne semble pas encore parfaitement au point, notamment au niveau de la stabilité de l’engin. L’inventeur fou a d’ailleurs confié qu’il a pris quelques risques pour arriver à mener à bien son idée, qu’il a du mal à maîtriser son invention, notamment à l’atterrissage. Il précise aussi que c’est une bonne base pour réaliser un futur prototype.

Qu’en pensez-vous ? Est-ce qu’une moto volante possède un avenir sur les routes ? Donnez-nous votre avis sur ce nouveau moyen de locomotion.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe classement Truffle 100 France révèle la bonne santé des éditeurs de logiciel
Article suivantLe marché automobile français en hausse : plus 6,5% en avril
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here