ARM : un nouveau cœur 64-bits surpuissant pour les mobiles de 2016

En dévoilant le Cortex-A72, ARM présente son nouveau cœur 64-bits surpuissant qui équipera les processeurs mobiles en 2016.

À l’heure actuelle, la société britannique ARM diffuse des processeurs équipés de cœurs Cortex-A53 et Cortex-A57 64-bits. Cela n’empêche pas l’entreprise de préparer l’avenir en dévoilant le nouveau cœur Cortex-A72.

Avec son Cortex-A72, ARM promet des performances 3,5 fois supérieures à celles des processeurs Cortex-A15 de 2014. À performance égale, il va nécessiter que 75% d’énergie.

Gravé dans la technologie 16 nm FinFET+, le Cortex-A72 supporte des fréquences qui pourront aller jusqu’à 2,5 GHz, avec la possibilité d’augmenter encore cette fréquence par la suite. En tant que cœur de processeur, ils pourront être montés en configuration big.LITTLE avec des cœurs Cortex-A53.

Le Cortex-A72 n’arrive pas seul. Il sera accompagné du GPU Mali-T880, un processeur graphique annoncé presque deux fois plus performant que l’actuel Mali-T760, tout en consommant 40% d’énergie en moins.

Selon ARM, avec le processeur vidéo Mali-V550 et le processeur d’affichage Mali-DP550, le système sera capable de décoder de la vidéo 4K en 120 fps.
ARM affirme qu’une dizaine de clients sont déjà intéressés par le Cortex-A72, notamment HiSilicon (Huawei), MediaTek et RockChip.

La société britannique précise également que la plate-forme Cortex-A72 exploite le jeu d’instructions ARMv8-A qui garantit une compatibilité 64-bits et une rétrocompatibilité 32-bits.

Il ne reste plus qu’à patienter jusqu’en 2016 pour découvrir les premiers appareils mobiles qui seront équipés de ce nouveau cœur surpuissant.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTristan Nitot quitte Mozilla pour dénoncer le flicage sur internet
Article suivantLuna : un drap-housse connecté pour améliorer le sommeil

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here