AshleyMadison : un site de rencontres avec des femmes qui ne sont pas là !

On parle passablement du piratage du site de rencontres Ashley Madison, des données volées des 30 millions d’utilisateurs publiées sur le web. Ces données révèlent aussi un certain… déséquilibre.

Il est habituel qu’il existe un certain déséquilibre entre le nombre d’hommes et de femmes inscrits sur les sites de rencontres. Grâce à la publication des données volées sur le site de rencontres Ashley Madison, il est possible d’analyser cela d’un peu plus près.

Alors que le déséquilibre est connu, avec plus d’hommes que de femmes, l’analyse des données révèle que la proportion est de 85% d’hommes pour 15% de femmes. Un ratio d’environ six hommes pour une femme semble à priori encore acceptable.

Là où cela se gâte, c’est qu’une analyse plus poussée révèle que la majorité des profils féminins ont en fait été créés par des administrateurs du site ! Pour un site payant… cela fait mal.

En poursuivant l’analyse, il est possible de comparer les comptes actifs : 11 millions d’hommes qui utilisaient le chat de discussion contre seulement 2 400 femmes. Le ratio passe d’un coup à 4 500 hommes par femme !

Si on compare les comptes qui lisaient leur messagerie interne, le ratio passe à 20,3 millions d’hommes pour 1 492 femmes, soit 13 600 hommes par femme !

Comme le dit très bien le site Gizmodo, « Les données suggèrent en définitive qu’Ashley Madison est un site où des dizaines de millions d’hommes envoient des mails, discutent et dépensent de l’argent pour des femmes qui ne sont pas là ».

Dès lors, lorsque The Impact Team accuse le site AshleyMadison d’être un voleur, ce n’est pas si faux que cela vu sous cet angle.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhotoshop : un projet d’application photo pour mobiles
Article suivantiPhone 6S : plus de mégapixels pour la photo

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here