Assassin’s Creed: Syndicate : les développeurs ont fait appel à un historien

« Assassin’s Creed: Syndicate » se déroule à Londres, en plein 19e siècle. Pour être plus réaliste, les développeurs ont fait appel à un historien.

Judith Flanders n’a jamais joué au moindre jeu vidéo, pas même à « Angry Birds ». C’est pourtant à elle que les développeurs de la franchise « Assassin’s Creed » ont fait appel en tant qu’historien de référence pour le dernier opus de la série : « Assassin’s Creed: Syndicate ».

Alors que le jeu se déroule dans les rues de Londres, en plein 19e siècle, donc en pleine révolution industrielle, Judith Flanders confie : « C’est comme si vous êtes un expert d’un endroit lointain. Vous avez appris la langue. Vous avez rencontré les gens de là-bas. Vous avez lu tous les livres jamais écrits. Maintenant, vous êtes invités à y aller. Pour moi, ce fut la chose la plus intéressante à propos de ce projet. Cela a été comme aller dans un endroit étranger ».

En tant qu’auteur de « The Victorian City » et de « The Invention of Murder », Judith Flanders est une spécialiste de l’époque abordée par le jeu d’Ubisoft.

« J’ai beaucoup travaillé sur le vocabulaire », explique-t-elle, « Je trouvais plusieurs façons pour dire les choses au 19e siècle », notamment les jurons.

Judith Flanders explique aussi qu’elle a dû répondre à de très nombreuses questions de la part des développeurs, des questions aussi variées que « Combien de fois sonnent les cloches de la cathédrale Saint-Paul ? », « Quelle était la proportion d’hommes et de femmes dans les rues ? », « A quel âge les enfants commençaient à travailler ? », etc.

Russell Lees, indique que Judith Flanders a influencé le jeu. « La plupart du temps, elle examinait ce que j’avais écrit. Parfois, je recevais de mauvaises nouvelles m’expliquant que j’avais fait de mauvaises hypothèses.. Nous avons un mystère sur la société de gaz et sur comment les gens utilisent les bougies. C’était simplement complètement différent de ce que j’avais supposé et j’ai d’u donc repensé complètement le mystère pour me conformer à la vérité ».

Le plus gros problème de Judith Flanders dans son travail pour « Assassin’s Creed: Syndicate » est qu’il ne fallait pas utiliser dans le jeu des noms tels que l’abbaye de Westminster et Big Ben, une décision prise par le service juridique d’Ubisoft, une décision qui ne l’a « pas satisfait ».

« Si vous avez déjà été à Londres, vous savez qu’il y a 9 millions de pubs nommés Crown & Anchor, Princesse Charlotte ou autre. Ils ont fini par générer une liste de noms de pub qui ne correspondent à aucun des noms de vrai pub. J’ai eu une petite crise d’historien. Je leur ai dit qu’ils sont stupides et insupportables ».

Au final, grâce à Judith Flanders, les joueurs de « Assassin’s Creed: Syndicate » découvriront Londres comme la ville a réellement dû être à l’époque, avec une profusion de détails réalistes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPiratage informatique : l’opérateur TalkTalk annonce avoir reçu une demande de rançon
Article suivantiOS 9.1 : News dans certains pays et emojis pour tout le monde

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here