Assistant vocal : Apple Siri moins bon que Google Voice Search

Soumis à un test comparatif, le système d’assistance vocale d’Apple a été dominé par Google Voice Search, son rival du géant du web Google.

La nouvelle version de la recherche vocale du géant du web intégrée à la version 4.1 d’Android, Jelly Bean, s’est montrée plus efficace que Siri, lors de tests comparatifs.

Selon l’analyste Gene Munster de la banque d’investissement américaine Piper Jaffray, qui a posé 1600 questions aux deux systèmes, l’assistant d’Apple a compris 83% des questions dans les rues animées de Minneapolis et 89% dans une salle silencieuse. Siri a répondu correctement avec un taux de réussite de 62%, dans un environnement bruyant. Ce taux a même grimpé à 68% dans un espace silencieux.

Toutefois, ces résultats ne font pas le poids face à ceux de Google. Comparativement, dans les mêmes conditions, son rival se montre beaucoup plus performant en comprenant à chaque fois les questions posées. Quant au taux de réussite des réponses fournies, l’assistant vocal de Google a donné 86% de bonnes réponses.

Afin de démontrer la maladresse dont fait preuve parfois Siri, l’analyste donne quelques exemples. À la question « Où est enterré Elvis ? » (« Where is Elvis buried »), Siri est par exemple convaincu de devoir trouver une personne prénommée « Elvis Buried ». De plus, Siri n’a pas été en mesure de localiser la position de l’analyste ni lui indiquer la direction pour se rendre de Boston à New York.

Pour l’heure, Siri tire 60% de ses réponses de Google, 20% de Yelp, 14% de WolphramAlpha, 4% de Yahoo et 2% de Wikipédia, selon Gene Munster. Dans une note adressée à ses clients, l’analyste se montre néanmoins confiant pour Apple : « avec la sortie d’iOS 6 cet automne, nous nous attendons à une amélioration significative de Siri, tout en réduisant sa dépendance à Google de 60% à 48% ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTwitter : un juge oblige la divulgation des données de l’un de ses utilisateurs
Article suivantMicrosoft Windows : la fin du bouton « Démarrer » ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here