Attentats à Paris : les proches inquiets se tournent vers les réseaux sociaux

Attentats à Paris : qui a des nouvelles de Paul, de Sophie, de Jeanne, de Yanick ? Faute d’information, les proches inquiets lancent des appels sur les réseaux sociaux.

Le monde entier est choqué par ce qui s’est passé, ces attentats meurtriers au cœur de la capitale française. Mais plus encore, ce sont les proches qui plus inquiets que quiconque. En effet, on parle des morts, des blessés, des terroristes, des secours, de l’état d’urgence …, mais il ne faut surtout pas oublier les familles.

Il faut l’avouer, malgré toute l’organisation des secours, la bonne volonté de la population, l’information circulent encore mal. Certes l’enquête sur ces atrocités n’en est encore qu’à ses débuts, mais l’information que les gens veulent en priorité, c’est savoir si leurs proches vont bien.

Les réseaux sociaux au cœur de l’information

Faute de mieux, mais surtout dans l’espoir de trouver une âme charitable qui puisse répondre, toutes les personnes inquiètes se sont très rapidement tournées vers les réseaux sociaux pour demander des nouvelles de Paul, de Sophie, de Jeanne, de Yanick …, des filles, des fils, des frères, des cœurs, des parents, des amis, des connaissances qui auraient pu se trouver sur les lieux de ces atrocités.

Le hashtag #PrayForParis a été pris d’assaut pour exprimer sympathie et solidarité dans ce moment douloureux. Samedi après-midi, il avait déjà été mentionné plus de 6,7 millions de fois.

Avec les mots clés #JeCherche ou #RechercheParis, ce sont les personnes inquiètes pour un proche qui ont lancé des appels pour demander des informations sur les personnes disparues.

Facebook s’est aussi mobilisé en activant son « Safety Check », son outil spécial catastrophe.

Attentats à Paris : Facebook se mobilise pour rassurer nos proches
Attentats à Paris : Facebook déclenche son «Safety Check»

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAttentats à Paris : Facebook active son outil « Safety Check »
Article suivantTout le monde n’a pas droit à la mise à jour majeure de Windows 10

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here