Avec FASTER, Google relie les États-Unis au Japon à 60 Tbit/s

Le câble sous-marin FASTER a été mis en service. Financé en partie par Google, il relie les États-Unis au Japon avec un débit pouvant atteindre 60 Tbit/s.

Habituellement, les câbles sous-marins reliant les continents sont posés et entretenus par les compagnies de télécommunications internationales. Ces dernières années, les entreprises technologiques sont peu à peu en train de prendre le relais. C’est comme cela que, au mois de mai dernier, Facebook et Microsoft ont annoncé MAREA, un câble transatlantique de 4 100 milles (environ 6 600 km) qui sera opérationnel en octobre 2017 pour une capacité de transfert de 160 Tbit/s.

Sur ce marché, Google possède déjà une longueur d’avance. La firme de Mountain View a en effet déjà conquis l’Atlantique depuis 2008 avec UNITY. L’étape suivante est FASTER, un câble reliant les États-Unis au Japon qui vient tout juste d’être mis en service.

300 millions de dollars d’investissement

C’est en 2014 qu’un consortium formé de Google (États-Unis), China Mobile International et China Telecom Global (Chine), Global Transit (Malaisie), SingTel (Singapour) et KDDI (Japon) avait annoncé FASTER, le plus gros, le plus long et le plus rapide câble sous-marin à ce jour. Devisé à 300 millions de dollars, il relie la côte ouest des États-Unis à la côte Est du Japon, et se prolonge même jusqu’à Taïwan. D’une longueur de 5 592 ou 7 226 miles selon la personne qui répond à la question, ce câble dispose de six paires de fibres à 10 Tbit/s pour un débit global pouvant atteindre 60 Tbit/s.
Google : le câble sous-marin FASTER qui relie les États-Unis au Japon à 60 Tbit/s est opérationnel
Il est prévu que chaque partenaire dispose de sa propre paire de fibres, à savoir une bande passante de 10 Tbit/s. FASTER se divise aussi en six segments entre Bandon dans l’Oregon et Tanshui, à Taïwan. Il faut noter que Google est seul propriétaire du segment reliant le Japon à Taïwan.

Des câbles sous-marins pour la plateforme cloud de Google

Si Google s’intéresse autant aux câbles sous-marins, c’est avant tout pour la montée en puissance de sa plateforme cloud (Google Cloud Platform). D’ailleurs, comme par hasard, la firme de Mountain View possède un centre de calcul à Dulles, justement en Oregon, le point de départ de FASTER.

De plus, le géant du web compte justement promouvoir sa plateforme cloud en Asie du Sud-est. Dans ce but, l’entreprise compte déjà quatre liaisons sous-marines dans différentes parties du globe.

Avec son débit pouvant attendre 60 Tbit/s, FASTER est capable de transmettre l’équivalent d’environ 12 000 Blu-Ray en une seule seconde. À certains endroits, le câble est posé à 34 600 pieds de profondeur, soit près de 10 500 mètres. Pour protéger le câble des requins, Google a pris des mesures spécifiques.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentQwant s’associe avec Mozilla pour une version personnalisée de Firefox
Article suivantBMW, Intel et Mobileye s’allient pour être le n° 1 de la voiture autonome
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here