Avec le Kadjar, Renault rompt avec les représentations actuelles du segment

Pour concevoir le Kadjar, le grand frère du Captur, Renault a décidé de rompre avec les représentations actuelles du segment pour proposer une voiture à la personnalité affirmée.

Le moins que l’on puisse dire est que Renault a osé le faire avec le Kadjar, osé rompre avec les représentations actuelles du segment. Pour le grand frère du Captur, la marque française a mêlé des éléments du SUV, de la berline et du break pour proposer un véhicule à la personnalité affirmée, avec un fort pouvoir de séduction. En optant pour le rouge comme couleur de lancement, Renault invite à la passion.

Son gabarit compact de 4,45 mètres de longueur et 1,84 mètre de largeur, associé à une hauteur de 1,60 mètre, accentue le dynamisme du Kadjar. La présence de chrome en contour des vitres, des feux de jour et des protections de bas de caisse procure une perception de qualité et de robustesse au véhicule.

Disponible en versions 4×4 et 4×2, le Kadjar est très maniable en ville grâce à son gabarit compact, alors que ses trois modes d’utilisation (Auto, LOCK et 2WD) lui permettent de sélectionner la transmission idéale dans toutes les conditions de route.

Avec une modularité intérieure facile et intuitive, le Kadjar puise sa polyvalence et sa praticité dans le monde du break.
Il ne faut pas omettre qu’avec une habitabilité verticale de 910 mm et la largeur aux coudes de 1 456 mm, le Kadjar offre l’agrément de conduite et le confort d’une berline tout en proposant 30 litres de rangement répartis dans l’habitacle.

Par le biais de toutes les technologies d’aide à la conduite, notamment le parking mains libres, la caméra de recul pour se garer facilement en ville, l’assistance au freinage d’urgence, l’alerte de franchissement de voie, la reconnaissance signalétique avec alerte des limitations de vitesse, etc., le Kadjar a véritablement en main toutes les armes pour séduire.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle offre gratuitement 2 Go de stockage contre un Security Checkup
Article suivantHubble immortalise une parade des satellites de Jupiter

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here