Avec MegaChat, Kim Dotcom veut concurrencer Skype

C’est par Twitter que Kim Dotcom vient d’annoncer l’arrivée imminente de son service web de chat : MegaChat.

Ce n’est pas la première fois que Kim Dotcom évoque MegaChat, son nouveau service web de chat. Jusqu’à présent, on sait que ce service devrait nous permettre d’envoyer des messages, de passer des appels audio et vidéo et d’effectuer des transferts de fichiers « à grande vitesse », tout cela en prenant en compte les besoins de confidentialité des utilisateurs.

Actuellement connu sous le nom de MegaChat, ce qui n’est pas forcément encore son nom définitif, il n’est pour le moment fait mention d’aucune date de lancement. Dans un récent tweet, Kim Dotcom, le fondateur du défunt site MegaUpload, annonce son arrivée imminente, mais toujours sans préciser de date.

Kim Dotcom oblige, cette arrivée s’accompagne d’un fort battage médiatique. Alors que l’un des principaux soucis des utilisateurs est la sécurisation des échanges sur internet, MegaChat promet des communications sécurisées par le biais d’un chiffrement de toutes les données qui transitent en son sein, mettant ainsi les utilisateurs à l’abri des espionnages.

À la différence des logiciels qu’il faut installer sur son PC, MegaChat sera directement disponible au travers d’un navigateur.

Alors que Kim Dotcom avait pointé du doigt Gmail, Skype et iCloud comme étant des services qui n’offrent pas suffisamment d’intimité en étant basés aux États-Unis, où le gouvernement américain peut exiger l’accès à des données dans certaines circonstances, il déclare sur Twitter : « Mega publiera bientôt un service d’appel et de chat vidéo entièrement chiffré et basé sur un navigateur, y compris les transferts de fichiers à haute vitesse. Bye bye Skype ».

Alors que MegaChat avait été annoncé pour début 2014, il faudra désormais certainement attendre 2015 avant qu’il soit disponible.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSpartan : un nouveau navigateur internet pour Windows 10 ?
Article suivantFacebook : mentir peut être préjudiciables aux souvenirs

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here