Avec My Activity, Google dévoile tout ce qu’il sait de votre activité web

Google présente My Activity, un nouvel outil qui centralise tout ce qu’il sait de vos activités sur Internet, toutes vos pratiques en ligne jour après jour.

En matière de surveillance des utilisateurs, on s’est beaucoup focalisé sur Windows 10. La réalité est que Microsoft n’est pas la seule entreprise à pratiquer de la sorte. Google le prouve en dévoilant My Activity, un nouvel outil.

My Activity est un nouveau service qui permet de visualiser sur une seule page toutes les activités sur le web vous concernant que l’entreprise californienne a surveillé. Cela démontre l’ampleur de la surveillance pratiquée et laisse transparaitre toutes les informations personnelles récoltées à votre sujet à propos de vos pratiques en ligne, que cela soit des recherches sur Google Search ou le visionnage de vidéos sur YouTube, sans oublier les requêtes vocales. Tout est là, jour après jour…

Tout y est, sur desktop et sur mobile

Nos activités révélées par My Activity démontrent qu’aucune de nos informations de navigation n’a échappé à Google, que cela soit sur desktop ou sur mobile, notamment sur Android.

Lorsqu’on découvre un SMS rédigé à la voix dans My Activity, on se rend véritablement compte de tout ce que Google sait de nos pratiques. Même si on était conscient de telles pratiques, cet outil met en évidence l’ampleur de la surveillance pratiquée au fil des jours, des mois, des années…

Le plus choquant, c’est d’imaginer que Google agisse de la sorte, tout comme Microsoft, Apple, Amazon et certainement de nombreuses autres entreprises en ligne qui traquent toutes nos habitudes sur le web. En sachant tout cela, on comprend mieux comment la publicité peut être ciblée.

Suppression possible

Ce qui est rassurant, c’est que Google précise bien que seul le propriétaire du compte peut visualiser ces données. De plus, si l’historique de vos activités en ligne vous fait peur, la bonne nouvelle est que My Activity propose de supprimer les activités de surveillance. Le seul problème est qu’il faut le faire au cas par cas, ce qui n’est pas franchement pratique vu l’ampleur de tout ce qui a été collecté.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa nouvelle Porsche Panamera ne conserve que son nom et son logo
Article suivantLa France conserve le patrimoine logiciel de l’humanité dans une bibliothèque
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here