Avec sa Bandit, TomTom veut révolutionner le marché des actioncams

GoPro n’est plus seul sur le marché des actioncams. Avec sa Bandit, TomTom compte bien révolutionner ce marché.

Le marché des actioncams est très porteur. Mais comme GoPro s’est certainement rendu compte, ce marché attire de plus en plus de monde. Le dernier en date à s’y intéresser est TomTom. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le spécialiste des systèmes de navigation pourrait bien révolutionner le marché des actioncams avec sa Bandit.

Pour commencer, afin d’éviter à l’utilisateur de devoir charger les vidéos sur un ordinateur pour pouvoir les monter, TomTom a intégré un serveur média à sa Bandit. De fait, les utilisateurs pourront créer un film directement et simplement depuis leur smartphone, et cela en secouant littéralement la caméra.

En effet, équipée d’un capteur de mouvements et d’un GPS la caméra sélectionnera pour vous vos plus belles actions en fonction de la vitesse, de l’altitude, de l’accélération, de la force G, et de votre rythme cardiaque. Un bouton permet aussi de marquer manuellement ses moments favoris.

Ensuite, secouer la Bandit permet de rapidement supprimer tout ce qui n’a pas été sélectionné.

Ce système s’avère très efficace et fait surtout gagner beaucoup de temps de montage.

Pour autant que vous le souhaitiez, un indicateur de vitesse sera aussi directement disponible pour les montages vidéo, de façon à exposer plus clairement une performance.
Pour sa Bandit, TomTom propose également plusieurs accessoires, comme un bracelet de remote control simple, pratique, et discret.

Qualitativement parlant, la Bandit n’a rien à envier aux GoPro et autres actioncams. Elle est aussi équipée de la fonction 4K.

Disponible à partir du mois de mai, TomTom annonce la Bandit à 429 euros.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentAudi : le TT clubsport turbo joue les voitures de course
Article suivantDes scientifiques rendent la vue à des souris atteintes de rétinite pigmentaire
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here