Avez-vous 13 000 dollars pour vous offrir un SSD de 13 To ?

Fixstars fait rêver toutes les personnes qui ont besoin d’un gros espace de stockage en présentant deux SSD, un de 10 To, l’autre de 13 To. Mais pour se les offrir, il faudra être très riche.

En matière de SSD, les capacités de stockage les plus élevées sont de 4, 6 ou 8 To avec des disques proposés par Sandisk ou Samsung. La société Fixstars vient d’assommer le marché deux disques qui pulvérisent les capacités habituelles. Un des disques est affiché à 10 To alors que l’autre est annoncé à 13 To. Des records !

Pour ces deux disques, Fixstars annonce des débits pouvant atteindre jusqu’à 540 Mo/s en lecture et 520 Mo/s en écriture, des performances rendues possibles grâce à ses contrôleurs propriétaires. Avec de tels débits et de telles capacités, ces SSD se destinent avant tout au streaming en 4K/8K ou aux effets spéciaux, c’est-à-dire répondre à des besoins professionnels très pointus. En clair, leur utilisation n’est clairement pas grand public.

D’ailleurs, si les capacités de ces disques Fixstars font rêver, c’est aussi le cas de leurs prix. Leurs tarifs exacts n’ont pas encore été communiqués. Mais comme il faut compter environ 1000 dollars par To, cela met le 10 To à 10 000 dollars et le 13 To à 13 000 dollars. Si on n’était pas encore convaincu que ces disques sont avant tout dédiés aux professionnels, leurs prix le confirme.

Il faut encore ajouter que Fixstars prévoit de commercialiser ces deux SSD aux États-Unis à partir de la fin février. Rien n’est annoncé au sujet d’une commercialisation en Europe. Pour entretenir le rêve, on peut s’imaginer que des SSD de cette capacité seront disponibles pour le grand public d’ici quelques années.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLes créateurs de l’appli Stolen! préfèrent abandonner leur projet
Article suivantRoute ou course, il faut choisir la Lotus 3-Eleven que l’on veut

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here