Aviation : la FAA autorise l’utilisation des appareils électroniques en vol

Hormis quelques restrictions lors des phases de décollage et d’atterrissage, la Federal Aviation Administration (FAA) vient d’annoncer qu’elle autorisait l’utilisation des appareils électroniques pendant toutes les phases des vols commerciaux.

Cette décision était dans l’air, elle est désormais officiellement confirmée. La Federal Aviation Administration (FAA) vient d’annoncer qu’elle autorisait l’utilisation des appareils électroniques pendant toutes les phases des vols commerciaux, pour la plus grande joie des compagnies aériennes, mais aussi des passagers.

C’est le 31 octobre dernier que la FAA a officialisé la levée quasi totale des restrictions en matière d’utilisation des appareils électroniques à bord des avions de ligne. Elle base sa décision sur le fait que ces appareils ne peuvent nuire au fonctionnement d’un avion, vu qu’aucun accident lié à leur utilisation n’a jamais été recensé.

Avant que les passagers puissent prochainement utiliser à bord des avions leurs smartphones, tablettes, liseuses, ordinateurs portables et autres appareils à tout moment, il faudra encore que les compagnies aériennes confirment individuellement que leurs flottes peuvent tolérer les interférences des appareils électroniques.

S’il est prochainement possible d’utiliser des appareils électroniques pendant toutes les phases d’un vol, y compris pendant le roulage, le décollage et l’atterrissage, il subsiste quand même quelques restrictions comme la possibilité d’effectuer des appels, mais en raison des règles de la Federal Communications Commission (FCC), ou lors des rares atterrissages aux instruments.

Si les décisions de la Federal Aviation Administration (FAA) ne sont valables que pour les États-Unis, il est fort à parier que le reste du globe va suivre sur cette même voie.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentiOS : retraite bien méritée pour Henri Lamiraux
Article suivantFaire livrer ses colis par drones ? Ce sera bientôt possible en Australie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here