Barack Obama soutient Google et Facebook face au protectionnisme de l’Europe

Soulignant que les réponses européennes sont davantage dictées par des intérêts commerciaux, Barack Obama a soutenu les géants d’internet, notamment Google et Facebook.

C’est à l’occasion d’une interview accordée au site recode.net que le président américain Barack Obama s’est exprimé au sujet du protectionnisme de l’Europe en matière de technologie.

Interrogé sur les enquêtes au sujet du respect de la vie privée et sur les pratiques anticoncurrentielles menées par les institutions européennes contre Google et Facebook, Barack Obama a reproché que les « réponses européennes » sont « davantage dictées par des intérêts commerciaux ». Le président américain a rappelé que l’évolution d’internet ne pouvait visiblement pas connaitre de limites ni de restrictions. « Nous avons possédé internet. Nos entreprises l’ont créé, l’ont étendu, l’ont perfectionné, de telle manière que les Européens ne peuvent pas lutter ».

Cette prise de position de Barack Obama vise à rassurer les géants d’internet américain sur la volonté de la Maison-Blanche de défendre sa technologie alors que les relations entre le gouvernement américain et les géants du net sont pour le moins tendues depuis l’affaire Snowden.

À l’instar des quatre ans d’enquête sur les soi-disant pratiques anticoncurrentielles de Google qui reflètent toute la sensibilité de ce dossier, le problème semble avant tout se localiser à l’Europe. Est-ce que la prise de position va changer quelque chose alors que la France et l’Allemagne font le forcing pour que la Commission européenne propose une nouvelle législation pour encadrer Google et Facebook, mais également Amazon et Apple ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPebble adopte Android Wear
Article suivantLa France à l’origine de Babar et EvilBunny ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here