Batman Arkham Knight : remboursement pour les joueurs sur PC mécontents

Le jeu « Batman Arkham Knight » tient toutes ses promesses, sauf sur PC où les bugs le rendent pratiquement injouable. Son éditeur propose le remboursement.

Le dernier volet de la trilogie Batman de Rocksteady, « Batman Arkham Knight », a été lancé en juin dernier. Très attendu, le jeu a tenu toutes ses promesses, sauf sur PC !

La déferlante de critiques qui s’est abattue sur le jeu dès sa sortie a fait que son éditeur, Warner, a tout simplement décidé de retirer le titre de la vente dans l’attente d’un correctif. Cinq mois plus tard, le 28 octobre, le fameux correctif tant attendu sort enfin. Le jeu peut être remis en vente.

Des bugs, encore des bugs… toujours des bugs

L’espoir suscité par la disponibilité du correctif a été de très courte durée. En effet, de nombreux dysfonctionnements ont été corrigés, ce qui est un réel plus pour les joueurs. La prise en compte des contenus additionnels est également un réel progrès. Mais…

La prise en charge de Crossfire et du SLI ne sont toujours pas à l’ordre du jour de la version PC, de quoi rendre désabusé un certain nombre de joueurs. D’autant plus que ce ne sont pas les explications de Warner, comme quoi « ses partenaires sont toujours en train de travailler pour résoudre les problèmes de stabilité rencontrés avec certaines cartes, liés à leurs derniers pilotes », qui rassurent.

Sorti avec des bugs, « Batman Arkham Knight » sur PC reste encore avec beaucoup de bugs !

De gros problèmes à tous les niveaux

Warner évoque des problèmes avec certaines cartes, mais les problèmes du jeu sont également à d’autres niveaux, comme un problème avec le fichier de pagination avec certains GPU. C’est simple, pour éviter cette question de pagination, une astuce serait de disposer du double de RAM préconisé, à savoir au moins 12 Go au lieu des 6 Go recommandé, ce qui peut être quelque part qualifié de « foutage de gueule » : devoir changer la configuration de son PC pour pouvoir jouer sans trop de problèmes !

Remboursement et jeux gratuits

Face à cette catastrophe, ou vaste plaisanterie selon comment on perçoit ce fiasco, l’éditeur Warner a décidé de proposer le remboursement du jeu « Batman Arkham Knight » sur PC jusqu’à la fin de l’année.

« Nous sommes vraiment désolés que beaucoup de nos clients continuent d’être déçus de la version PC de Batman: Arkham Knight. Nous avons travaillé dur pour que le jeu soit à la hauteur de vos attentes, mais nous avons aujourd’hui conscience que beaucoup d’entre vous rencontrent encore des problèmes », a écrit l’éditeur dans un message publié le 31 octobre.

Peu importe le temps qu’ils ont passé sur le jeu, les joueurs sur PC peuvent demander le remboursement. Sur Steam, ils peuvent passer directement par la procédure de remboursement de la plateforme alors qu’ils doivent se retourner vers leur revendeur en cas d’acquisition par un autre biais canal.

À destination des joueurs qui décideraient de persévérer et de ne pas se faire rembourser, Warner dit : « Nous parlerons avec vous des bugs que nous ne serons pas en mesure de pouvoir corriger » alors que les développeurs travaillent toujours sur des correctifs, ce qui signifie que le jeu devrait rester disponible à la vente malgré la situation.

Par ailleurs, pour faire passer la pilule, tous les acheteurs du jeu, qui en feront l’acquisition avant le 16 novembre, se verront offrir des copies numériques de « Batman: Arkham Asylum GOTY », « Batman: Arkham City GOTY », « Batman: Arkham Origins » et « Batman: Arkham Origins Blackgate » sur Steam. Il pourrait s’agir d’un dédommagement bien que ce cadeau soit présenté comme « célébration » de « Batman Arkham Knight » sur PC.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEnvie d’une sortie entre amis ? Google lance « Who’s Down » pour organiser une virée
Article suivantFacebook promet d’améliorer sa politique des « noms réels »

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Je ne comprends pas les consoles nouvelles générations ne sont-ils pas des pc ?

    Vous ne pensez pas qu’il faut regarder de ce côté-là ?

    Éviter d’étouffer les **PC dans des boites consoles * ainsi pousser *les joueurs* dans une boxe au lieu d’un PC.

    Parce qu’il y a quand même un gros malaise qui ne s’explique pas…

    C’est plusieurs jeux, donc ce n’est pas un problème de Warner.

    Donc toute l’industrie du jeu ne sait plus programmer sur pc vraiment ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here