BD : Bécassine célèbre son 110e anniversaire

C’est depuis le 2 février 1905 que Bécassine, cette héroïne de BD existe. Pour son 110e anniversaire, la toute première héroïne de bande dessinée est à l’honneur.

Pour certains, Bécassine est synonyme de « ma cousine », le refrain entêtant de Chantal Goya. Pour d’autres, Bécassine est tout simplement la première héroïne de bande dessinée.

C’est la veille du bouclage de la revue pour enfants La Semaine de Suzette que Jacqueline Rivière, la rédactrice en chef, invente dans l’urgence une historiette inspirée des bêtises de sa propre bonne d’origine bretonne pour remplir une page blanche. Elle demande à Emile-Joseph Porphyre Pinchon, un artiste peintre collaborant à la revue, de mettre le scénario de « L’Erreur de Bécassine » en dessins.

C’est ainsi que Bécassine, héroïne de bande dessinée, voit le jour le 2 février 1905. Dès lors, elle célèbre aujourd’hui son 110e anniversaire.
C’est en 1913 que l’éditeur Maurice Languereau va reprendre les aventures de la petite Bretonne.

Souvent cantonnée au rôle de la mère de famille ou de la bonne copine du héros, la femme en tant qu’héroïne de bande dessinée a mis du temps à gravir les échelons. Cela a quelque part commencé par Bécassine, avant que d’autres personnages suivent par la suite, par exemple Barbarella, « une femme libre, autonome, indépendante, en rupture avec l’époque » en 1964. En fait, le véritable personnage féminin fort apparaitra sous la plume de Tardi, il s’agit d’Adèle Blanc-Sec, une feuilletoniste élégante et libre, portée sur la cigarette et l’alcool, suivi de Jeannette Pointu, une reporter très engagée politiquement, ou Laureline, la véritable héroïne de la BD Valérian.

Véritable précurseur, Bécassine est donc à l’honneur aujourd’hui, notamment par Google qui lui consacre un Doodle.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentThe Pirate Bay : un retour marqué par des bisbilles internes
Article suivantTwitter ajoute les discussions en groupe et la publication de vidéos

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here